Partagez | 
 

 Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

« Eliott K.Prescott/Absolem »


Messages :
69
Age :
34
Localisation :
Dans la morgue.
Emplois :
Médecin légiste pour la GCPD et médecin spécialisé dans les troubles cardio-respiratoires et la dégénérescence musculaire.
Leit motive :
Purger le monde

MessageSujet: Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours   Mer 18 Fév - 16:33

Il était tôt, très tôt.
Le long des rues de Burnley, tu ne pouvais apercevoir que des grilles et des rideaux métalliques couvrant les vitrines et les baies vitrées des divers commerces. Tu n'avais pas dormi de toute la nuit, restant dans la morgue jusqu'à ce que les lampadaires soient éteintes. Lueurs du jour daignent de pénétrer entre les immeubles, se reflétant sur les vitres, les voitures et autres objets que tu aurais adoré bousiller à ton chemin rien que pour calmer ta migraine : tes yeux souffraient l'hyper-sensibilité luminique, ce qui te procurait des maux de crane à longueur de journée. Tu commençais à songer au fait de t'acheter des lunettes de soleil, même si elles n'allaient pas du tout avec ton style vestimentaire. Heureusement que ce semblant de frange couvrait un peu tes yeux !

Poussant un long soupir, tu as arpenté les rues à la recherche d'un endroit où tu pourrais déjeuner tranquillement. Les cafés les plus matinaux étaient déjà pleins de fonctionnaires, notamment celui qui se trouvait en face du tribunal. Tu n'avais pas envie d'entendre des plaintes, des gens qui criaient au téléphone et des snobs qui entretenaient des conversations on ne peut plus hypocrites. Ah... Tu as opté pour te rendre à la petite pâtisserie se trouvant près de l'hôpital central - où tu travaillais, quand tu n'étais pas dans le QG de la GCPD. En général, peu de monde y allait, le matin.

Silencieusement, tu es entré et tu t'es installé dans une table loin de l'entrée, loin des fenêtres. Tu aimais ce petit boui-boui puisqu'il était un des commerces les plus anciens du quartier. Il avait un peu plus de soixante ans et tolérait les fumeurs. Tu étais un habitué, le propriétaire et le pâtissier savaient déjà ce que tu allais prendre. Tu n'as adressé qu'un léger signe de tête au personnel en guise de salut avant de dégainer ton briquet et ton paquet de tabac. Alors que tu venais à peine d'allumer ta première clope de la journée, un serveur posa devant toi un Earl Grey bien chargé, sans sucre et une portion de Mont blanc.

Je vous remercie. soufflais-tu -froidement mais, poliment- à l'entente du serveur.

A cet instant même, la clochette qui était suspendue sur la porte résonna dans la boutique : un autre client venait de pénétrer dans ton petit havre de paix. Hu? Tu étais décoiffé,blasé à mort, les sourcils un brin froncés, les cernes bien marquées, la clope au bec et tu portais toujours ta blouse. En effet, non... Pour l'instant, tu n'étais pas en mesure de te frotter aux autres citoyens.

HRP & Précisions:
 


Dernière édition par Eliott K.Prescott/Absolem le Mar 31 Mar - 18:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gothamchronicles.forumactif.org/
avatar

« Richard Grayson/Nightwing »


Messages :
19
Emplois :
Aide Soignant et Justicier

MessageSujet: Re: Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours   Ven 20 Fév - 12:54

« Ferme, mais courtois, Dick. Bien joué. »
février, année une
« Allez, venez Mrs Bowers, vous avez bien besoin d’un petit remontant ! » « Oh, c’est gentil à toi, Dick, de prendre ton temps comme ça… » « C’est normal, c’est normal… Prenez mon bras! »

Tout les mercredis depuis un an, j’emmenais Mrs Bowers faire ses examens matinaux à l’Hôpital Central. Il n’était pas loin de la maison de retraite où je travaillais maintenant. J’aimais ce boulot… Je me sentais utile, redevable. Au niveau de Dick Grayson… En tant que Nightwing, c’était une autre chose.

Mrs Bowers marchait lentement, accrochée au bras que j’avais délicatement posé sous le sien. Elle parlait des fleurs qui grandissaient de jour en jour sur son balcon, de cette hirondelle qui chantait fou les matins à sa fenêtre et qui lui faisait penser à moi. Elle me confiait qu’elle regrettait que sa petite fille n’ait pas rencontré quelqu’un comme moi… Et j’approuvais avec des sourires et des plaisanteries. Si vous saviez, Mrs Bowers… Je ne suis pas le genre de garçon qu’on veut comme gendre.

Et comme presque tout les mercredis, depuis un an, j’accompagnais Mrs Bowers prendre un thé et des patisseries pour se remettre de ses examens. Ah ça, j’en prenais soin de mes vieux à moi ! Mes vieux… C’était affectueux. Ils n’ont plus que nous, en général… Ceux qui travaillent à l’hôpital, pour prendre soin d’eux. La patisserie Gino était une des seules ouvertes si tôt le matin et assez calme pour ne pas brusquer la vieille dame fébrile. Nous y allions, de temps en temps, en tête à tête et je l’écoutais me parler de sa vie et me poser des questions sur ma vie. Tranquillement, sans prise de tête…

« Attention à la marche, Mrs Bowers ! » Je la soutenais en douceur pour qu’elle entre dans la patisserie qu’elle aborda un bonjour chevrotant mais chaleureux. « Bonjour ! » rajoutais-je après elle en la suivant. Un sourire radieux posé sur mes lèvres et je l’accompagnais s’installer.
Cependant, la pauvre dame se mit à tousser doucement. « Tout va bien ? » « Oui, très bien, Dick… Ne t’en fais pas… » Elle cachait son nez dans sa main.

Une odeur âcre violenta mes narines. Etouffante. Une odeur de cigarette. Je n’aime pas cette odeur. Je m’en fiche pas mal que les autres fument, mais emmerder le monde avec sa clope, très peu pour moi…
Je tapotais l’épaule de ma petite dame avant d’aller vers l’individu fumant. Je m’éclaircis la voix et pose mes yeux bleus sur une tignasse mal mise. Bruce m’aurait tué si j’étais sortie ainsi, mais je n’étais pas Bruce et il n’était pas moi. « Excusez moi… » J’avais pris des intonations chaleureuses et amicales. Je croisais les bras sur ma poitrine imposante, sur laquelle flottait le badge de la maison de retraite avec mon nom dessus. « Est-ce que ça vous ennuierait de fumer dehors ? Ou au moins l’éteindre pour l’instant… » Ferme, mais courtois, Dick. Bien joué. « Le civisme veut que l’on n'impose à personne ses vices. »

Je bats joliment des cils… Histoire de faire passer un peu mieux la pilule.


Spoiler:
 

_________________
+ SKYFALL.
©️endlesslove.<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Eliott K.Prescott/Absolem »


Messages :
69
Age :
34
Localisation :
Dans la morgue.
Emplois :
Médecin légiste pour la GCPD et médecin spécialisé dans les troubles cardio-respiratoires et la dégénérescence musculaire.
Leit motive :
Purger le monde

MessageSujet: Re: Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours   Sam 21 Fév - 14:25

Un couple venait d'entrer dans la pâtisserie. Si la vieille dame n'auvait pas salué les presents en pénétrant dans le commerce, tu ne leur aurais sûrement pas accordé un regard. Tu as plissé légèrement tes yeux, observant les nouveaux venus par dessous les mèches qui retombaient sur ton visage :le jeune homme ne t'était pas vraiment inconnu et la femme était une de tes patientes – Mrs. Bowers, si tes souvenirs sont bons. Elle avait l'habitude de faire quelques examens dans ton hôpital et il n'était pas rare que tu t'en charges.

Du coin de l’œil, tu as surveillé le binôme, allant s'installer à la table proche du gamin qui pourrissait certains de tes après-midis – qui était là, avec sa mère. Tu le crossais souvent et ce morveux te tapait sur les nerfs : à croire qu'ils faisaient exprès d'aller où tu allais, pour te voir dans l'espoir que tu leur adresserais la parole – la  couguar pouvait toujours rêver, oui. Habituellement, tu ne tuais pas des enfants, mais lui, il allait sûrement être le premier s'il t'obligeait encore à faire des heures supplémentaires à l’hôpital. C'est un boulet, un bras cassé, un abruti, comme sa mère, qui tentait de te draguer à chaque fois qu'elle en avait l'occasion. Pauvres idiots. Ils avaient de la chance, ils n'avaient pas assez de « valeur » pour faire partie d'une de tes sculptures.

Tu as froncé les sourcils, mais tu es resté calme quand tu as vu venir ton cadet et qu'il te demanda d'éteindre ta  clope ou de sortir. Tu as massé tes tempes, éteignant ta cigarette sur le bord du cendrier, sans l'écraser : ta migraine s'accentuait. Tu as pris une profonde inspiration, fermant un instant les yeux : tu n'avais rien contre cette pauvre femme mais ce type avait beau être mignon, tu ne supportais pas qu'on te dise quoi faire, encore moins s'il y a une certaine autorité dans le ton. Son commentaire, bien que courtoisement et habilement prononcé, ne t'avait plu : il parlait vite ce type. Tu soufflé la fumée vers le côté, loin du brun et de ta patiente avant de passer une main dans tes cheveux, dégageant un peu ton visage.

Sachez que je le fais uniquement pour votre accompagnant et non parce que vous me l'avez demandé. lançais-tu, d'un ton aussi poli qu'il te fut possible à une telle heure ; clairement, tu laissais sous-entendre que tu aurais éteint ta cigarette même s'il ne te l'aurait pas dit. Le civisme et les règles de politesse veulent qu'on salue ceux qu'on aborde avant de faire quoi que ce soit d'autre, d'autant plus si c'est inconnu à qui on s'adresse, jeune homme. ajoutais-tu, parlant d'une voix monocorde et froide : s'il ne t'avait pas salué, tu ne comptais pas le faire non plus. Après avoir soutenu son regard, tu as regardé ta patiente, lui adressant un petit signe de tête. Bonjour, Mrs. Bowers. Navré de vous avoir dérangée, comment vous sentez-vous, aujourd'hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gothamchronicles.forumactif.org/
avatar

« Richard Grayson/Nightwing »


Messages :
19
Emplois :
Aide Soignant et Justicier

MessageSujet: Re: Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours   Sam 21 Fév - 17:27

« J’avais merdé. »
février, année une
Je grimace. A peine. Rapidement. Ce n’était la peine de se la jouer sale gosse, ça n’apportait jamais rien. Je feins un sourire forcé en inclinant la tête sur le côté. « Elle vous remerciera mieux que moi. » Il me fixe et je ne baisse pas les yeux. Je fronce même un peu les sourcils. Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a encore  ?

C’est là que je me rendais compte que j’avais encore des relents d’adolescence dans le sang. Je réfutais l’autorité comme je n’aimais pas qu’on me tienne tête, alors qu’avec Bruce, j’avais du apprendre à courber l’échine. Il me reprend alors sur mon civisme et les règles de politesse que j’ai mangé à la pelle. Aïe. Mon air insolent vole en éclat. J’avais merdé.
Je déglutis et baisse un instant les yeux… D’accord, j’admets, j’ai peut-être été un peu vif. Je m’en veux, mais ça ne fait rien. Je me contente d’un faible sourire désolé, c’est trop tard pour dire bonjour de toute façon.

Je suis son regard lorsqu’il salue ma petite dame. Ma petite Mrs Bowers. « Oh, Dr. Prescott ! Je ne vous avait pas reconnu ! » Elle lui adresse un petit signe de main, son sac à main sur les genoux. « Mieux, Docteur ! Dick prends soin de moi, il est charmant… n’est-ce pas Richard ? »

Je ne réponds pas… Je fixe le fameux Prescott. Sa tête me dit quelque chose, mais quoi… « Richard ? » Je plisse les yeux. Il m’inspire pas confiance, mais je n’arrive pas à me souvenir pourquoi…

Oh.

Mes yeux s’écarquillent d’un coup et je le désigne du doigt. « Elliot Prescott ! Vous m’aviez fait une prise de sang, il y a des années de ça ! Je devais voir douze ans… Vous m’aviez fait terriblement mal. » C’est pour ça que sa tête ne me revenait pas ! La rancoeur de gamin, vous savez ce que c’est… « J’étais venu avec… » Oui, mon quoi d’ailleurs ? Comment s’était présenté Bruce à l’époque ? « Mon père. J’avais des problèmes respiratoires fut un temps… »
La faute a un entrainement trop intense… mais le mal est passé.

_________________
+ SKYFALL.
©️endlesslove.<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Eliott K.Prescott/Absolem »


Messages :
69
Age :
34
Localisation :
Dans la morgue.
Emplois :
Médecin légiste pour la GCPD et médecin spécialisé dans les troubles cardio-respiratoires et la dégénérescence musculaire.
Leit motive :
Purger le monde

MessageSujet: Re: Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours   Lun 23 Fév - 23:19

La réaction de ton cadet t'amuse, mais tu le caches ; tu avais vu ce qu'il faisait puisqu'il était dans ton champ de vision, même si tu semblais plus concentré sur les dires de la vieille femme qu'il accompagnait : elle ne t'avait pas reconnu, chose normale parce qu'au travail, ton apparence et ta tenue étaient toujours impeccables. Elle t'adressa un léger signe de main, posant son sac sur ses genoux :

Mieux, Docteur ! Dick prends soin de moi, il est charmant… n’est-ce pas Richard ? te répondit-elle, sans avoir un quelconque retour de son assistant. Richard ?

Dick. Richard... Richard...
L'expression de ce dernier changea, tout comme la tienne. Tandis qu'il écarquilla les yeux, te pointant puérilement du doigt, tu as haussé un sourcil esquissant un rictus. Tu en avais connu plein, autant des morts comme des vivants mais il ne te falunent que quelques secondes avant d'identifier de ce type : John Richard Grayson -et Wayne, sûrement-, le fils de Bruce Wayne. Tu n'étais pas prêt de l'oublier, tu aimais son regard, ses yeux. Quand quelque chose t'attirait chez quelqu'un, il t'était beaucoup plus facile de retenir les visages, même si la personne, en soi t'était irrelevante. Et puis, ce gamin t'avait aussi contraint à faire des heures extra.

Eliott Prescott ! Vous m’aviez fait une prise de sang, il y a des années de ça ! Je devais voir douze ans… Vous m’aviez fait terriblement mal. lança-t-il, te faisant étirer ton rictus en un sourire presque moqueur. J’étais venu avec… Mon père. J’avais des problèmes respiratoires fut un temps…

Il y a huit ans, oui. Je m'en souviens : vous étiez venu avec M. Wayne et je ne vous aurais certainement pas fait mal si vous ne bougiez pas autant. N'est-ce pas, Mrs. Bowers ? Je suis doux avec mes patients. précisais-tu, levant doucement ta tasse avant de siroter ton thé, ensuite, tu as tendu une main afin de tapoter le bras de ton cadet : oui, tu étais relativement doux avec tes patients mais tu étais très sérieux aussi. Dès que quelqu'un ou quelque chose t'emmerdait, tu n'hésitais pas à être brusque. D'ailleurs, oui, il est très charmant même, Mrs. Bowers. Vous n'auriez pas pu trouver un meilleur accompagnant. ajoutais-tu, posant ta tasse avant de prendre une bouchée de Mont Blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gothamchronicles.forumactif.org/
avatar

« Richard Grayson/Nightwing »


Messages :
19
Emplois :
Aide Soignant et Justicier

MessageSujet: Re: Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours   Mer 25 Fév - 14:30

« Vous m’en direz tant… »
février, année une
Je hoche la tête énergiquement en confirmant ses dires.  « Vous étiez venu avec M. Wayne et je ne vous aurais certainement pas fait mal si vous ne bougiez pas autant. N’est-ce pas, Mrs Bowers ? Je suis doux avec mes patients. » « Oui, oui, doux avec une seringue et trois pouces plantés dans le gras… » Je lève les yeux au ciel, tout sourire. Après tout, à douze ans, on a tendance à être douillet. La tension était retombé… Un peu.

Il m’effleure le bras, en le tapotant presque tendrement. Je le fixe sans rien dire… Il avait peut-être l’intention de m’en planter une autre. « D’ailleurs, oui, il est très charmant même, Mrs Bowers. » Oui. mais non. Je souris maladroitement en extirpant en douceur mon bras de sa main. « Vous n’auriez pas pu trouver un meilleur accompagnant. » Je regarde en coin le médecin en blouse blanche d’un drôle d’air. « Vous m’en direz tant… »

Je l’avais probablement trop entendu pour le prendre véritablement comme un compliment. Dick est charmant, Dick est tendre, Dick est ceci, Dick est cela. J’étais une bonne pâte, malheureusement… Trop serviable. Je hèle le serveur, tout sourire pour lui demander un café et me penche à nouveau vers Prescott dont les cheveux tombaient sur ses yeux. « Tant que vous êtes ici… J’aurais des bilans sanguins à faire. » « Tu es malade, Dick ? » s’inquiète alors Mrs Bowers en prenant ma main. Je la rassure en secouant la tête. « Non, mais… Mieux vaut prévenir que guérir, vous le dites vous même ! »

En retard sur mes bilans ? Non pas vraiment. Seulement, à force de passer mes nuits à me battre, je commençais à m’épuiser et, depuis que Bruce ne me chaperonnait plus et qu’Alfred ne pansait plus mes plaies, je m’étais mis à m’inquiéter sur la gravité de mes blessures jamais soignées.

_________________
+ SKYFALL.
©️endlesslove.<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Eliott K.Prescott/Absolem »


Messages :
69
Age :
34
Localisation :
Dans la morgue.
Emplois :
Médecin légiste pour la GCPD et médecin spécialisé dans les troubles cardio-respiratoires et la dégénérescence musculaire.
Leit motive :
Purger le monde

MessageSujet: Re: Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours   Sam 28 Fév - 22:35

À l'entente de son commentaire, tu ne pus t’empêcher d'avoir un rictus ; ton cadet ne semblait pas très convaincu par ton discours, du moins, pour la partie qui disait quam doux tu pouvais être avec tes patients. Il te regarda étrangement sans vraiment prendre tes dires pour un compliment, visiblement. Selon toi, il devait l'entendre aussi souvent que tu entendais à quel point tu pouvais être beau et/ou grand. Les mots perdaient pratiquement leur sens à force d'être répétés et entendus inlassablement. Ainsi, alors que tu buvais une nouvelle gorgée de ton thé, observant tes interlocuteurs par dessous tes cheveux, interpella le serveur, le sourire aux lèvres, afin de lui passer commande.

Tant que vous êtes ici… J’aurais des bilans sanguins à faire. te dit-il après s'être penché vers toi.

Tu es malade, Dick ? s'enquit la vieille femme, prenant la main de son accompagnant : elle était inquiète.

Non, mais… Mieux vaut prévenir que guérir, vous le dites vous même ! termina ton cadet, rassurant l'aïeule – après avoir secoué la tête.

Pendant qu'il parlait, tu as tendu un bras vers lui avant de palper l'un de ses poignets, tu as vérifié son pouls. Tu as légèrement tiré de lui afin de l'amener vers toi avant de te lever. Tu as prit son menton entre tes doigts et tu as rapidement vérifié ses réflexes oculaires ainsi que l'état de ses capillaires. Sans faire de prise de sang, tu avais une idée de ce qui devait lui arriver. Il n'était pas rare qu'on vienne te voir avec un coup de fatigue du au travail (ou aux études), se joignant au manque de sommeil, une mauvaise alimentation et autres. Une chose entraînait une autre et, lorsqu'on manque de sommeil et qu'on ne se nourrit pas bien, l'anémie et le manque de plaquettes liquéfie le sang, l'appauvrissant, affaiblissant la paroi des vaisseaux sanguins.

Vous manquez de sommeil, sans doutes. Si j'étais vous, je ne boirais pas du café, la caféine, comme la théine, fomentent l'anémie. Votre sang semble être plus liquide et... est-ce que vos blessures -si vous en avez eu récemment- guérissent difficilement ou tardent anormalement à cesser les hémorragies ? Si c'est le cas, vous manquez de thrombocytes et vos leucocytes sont en chute. lui as-tu dit rapidement, mais clairement. Ensuite, tu t'es un peu penché vers lui, lui murmurant au creux de l'oeille : Ne vous surmenez pas trop, hu ? Vous risquez de tomber malade et Mrs. Bowers serait encore plus inquiète, M. Grayson.

Ta voix était grave mais suave et, malgré ton sérieux apparent, tu faisais exprès d'être tactile avec lui, puisqu'il t'avait repoussé, tantôt : tu le taquinais. Suite à tes mots, tu as lâché son bras et tu t'es rassit, passant une main dans tes cheveux afin de dégager ton visage. Ce simple geste suffisait à replacer cette ta sombre tignasse, laissant naturellement tomber quelques mèches sur ton œil droit.

Pour la prise de sang, passez me voir quand vous pourrez : je travaille toute la journée à l'hôpital, aujourd'hui et demain, mais je serais ailleurs, à partir de 16h. terminais-tu, plongeant ton regard dans celui de ton interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gothamchronicles.forumactif.org/
avatar

« Richard Grayson/Nightwing »


Messages :
19
Emplois :
Aide Soignant et Justicier

MessageSujet: Re: Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours   Mer 4 Mar - 17:39

« Gotham est mal gardée. »
février, année une
A peine avais-je achevé ma demande qu’il m’attrape le bras, commençant déjà à m’occulter. Je le regarde faire, assez surpris de la rapidité de ses gestes… Mettons, au moins, il perdait pas de vue son métier, c’était tout à son honneur.

Je manque de sommeil ? De toute évidence, oui. Je plisse les yeux et glissa une main dans mes cheveux semblables à de la soie. Il file entre, comme incapable de rester en place. Navré docteur, mais j’étais loin de pouvoir me permettre de dormir. Je l’écoute sagement, mes blessures ? J’en ai trop pris. Je suis surtout plein de bleu, mais ils sont sous ma chemise. J’évite d’aller chez le médecin d’une manière générale… Ca attire les soupçons et je n’ai pas vraiment l’air d’être une petite frappe.
Il me parle de mes plaquettes. J’avais de vague notions de médecine, je comprenais où il voulait en venir. Je glisse un bras derrière ma chaise, lui adressant un signe de tête connaisseur…

Je ne sais pas ce qui me dérange le plus… De devoir parler de ma santé dans un café entre Mrs Bowers et un presque parfait inconnu où qu’il me murmure à l’oreille de ne pas me surmener… Un frisson désagréable me remonte dans le dos, mon corps en tremble presque. Je n’ai jamais rien eu contre la proximité, mais pas avec quelqu’un que je ne connais pas.
Je tourne la tête vers lui, lui décrochant un sourire forcé alors que nos nez manquent d’entrer en collision.
- Je travaille dans le social… Toujours à courir, vous savez…

Je recule la tête en arrière, brisant cette proximité malvenue.
Mon café arrive sous mon nez. Je n’y mets pas de sucre, mais je touille sans y penser.
- Alors, avant 16 heures…
Je ne pense pas avoir d’obligation… Je jette un bref regard à la télé qui passe en sourdine la chaine d’information de Gotham. Cambriolage, encore… La Mafia qui fait des siennes… habituelles. Jusqu’à ce qu’on parle de moi. Du moins, je voyais écrit « Nightwing » en gros titre.

Je fronce doucement les sourcils, avant de jeter un nouveau regard à Prescott.
- Vous devez en voir souvent, des trucs horribles… Gotham est mal gardée.

_________________
+ SKYFALL.
©️endlesslove.<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Eliott K.Prescott/Absolem »


Messages :
69
Age :
34
Localisation :
Dans la morgue.
Emplois :
Médecin légiste pour la GCPD et médecin spécialisé dans les troubles cardio-respiratoires et la dégénérescence musculaire.
Leit motive :
Purger le monde

MessageSujet: Re: Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours   Dim 8 Mar - 15:55

Le brun sembla comprendre le supposé diagnostique que tu lui avais donné en attendant qu'il fasse ses analyses. Lorsque tu vins lui murmurer à l'oreille, ta voix le fit frissonner avant qu'il n'opte pour tourner la tête vers toi, esquissant un sourire forcé : vos nez se sont à peine effleurés et ta proximité lui déplaît, tu en as conscience mais tu aimes ses réactions, tu n'as qu'encore plus envie de le taquiner.

Je travaille dans le social… Toujours à courir, vous savez… te dit-il, reculant son visage avant que le serveur n'arrive et pose le café devant lui – qui n'y ajouta point de sucre et le touilla mécaniquement. Alors, avant 16 heures… souffla-t-il, tournant les yeux vers la télé – qui diffusait la chaîne locale.

Comme d'habitude, on parlait d'un cambriolage, de la mafia et j'en passe. Tu connaissais ces histoires et tu ne t'y intéressais pas pour le moins en dehors du travail, sauf quand tu guettais la découverte de tes œuvres par la police ou quelque chose du genre. Tu n'aimais pas vraiment regarder la télévision mais tu n'avais rien contre les ordinateurs ni les baladeurs, d'ailleurs, tu adorais ça et tu avais l'habitude d'en bidouiller. Il n'était pas rare qu'on te voit avec des écouteurs, surtout quand tu étais dans la morgue : tu n'aimais pas travailler dans en silence mais tu détestais qu'on te parle et/ou qu'on te regarde travailler ; d'ailleurs, tu adorais martyriser les étudiants et les nouveaux, tout en restant professionnel – puisqu'il ne manquait pas de pâlir, vomir ou s’évanouir en te voyant ouvrir  sans gêne ni remords les cadavres du dépôt.

L'expression faciale de ton interlocuteur attira ton attention : il avait légèrement froncé les sourcils en voyant ce qui passait à la télé après l'affaire de la mafia. Du coin de l’œil, tu vis écrit le nom d'un des justiciers de la ville, un tel Nightwing – dont tu ne savais pas grande chose. Pourquoi avait-il réagi à la mention de ce type ? Il n'avait pas l'air de détester les justiciers, mais, les apparences pouvaient être trompeuses ; tu étais mieux placé que quiconque pour le sa voir... N'est-ce pas, Absolem ?

Vous devez en voir souvent, des trucs horribles… Gotham est mal gardée.

Cela, vous pouvez en être certain : on voit de tout à l’hôpital mais... encore plus dans une morgue, celle de la GCPD est comme un centre commercial : on y trouve de tout et, parfois, on y voit des choses qu'on n'est pas sensés y trouver. Mais celle qui doit être bien dans son genre, c'est celle d'Arkham. répondis-tu, pouffant sans pour autant perdre ton sérieux. Gotham est mal gardée parce que ce ne sont pas les bonnes personnes qui s'en occupent : les bergers mettent les chiens au travail, ils suivent des ordres et ils croient qu'ils doivent protéger le troupeau des loups alors qu'ils ne sont pas mauvais, dans cette ville, bien au contraire : je dirais qu'ils font mieux le travail que les chiens bergers. Les autres prédateurs n'ont ni foi ni loi, ils tuent par plaisir et/ou par besoin mais, n'oubliez point qu'une brebis enragée est pire qu'un loup ; méfiez-vous de l'eau qui dort.

Personnellement, tu te fichais des justiciers tant qu'ils n'entravaient pas ta route. Tu étais plus du genre à t'en prendre aux criminels, à la mafia et aux corrompus, qu'ils soient policiers, docteurs, civils ou autres. Tu n'épargnais que les animaux et les enfants – tout en tenant ces derniers à l’œil, car, on ne sait jamais comment ils seront une fois adultes. Autant arracher les mauvaises herbes tant que les racines ne sont pas très profondes si on n'en trouve aucune utilité.


Dernière édition par Eliott K.Prescott/Absolem le Mer 18 Mar - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gothamchronicles.forumactif.org/
avatar

« Richard Grayson/Nightwing »


Messages :
19
Emplois :
Aide Soignant et Justicier

MessageSujet: Re: Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours   Mer 18 Mar - 14:19

« Gotham est mal gardée. »
février, année une
Voir la morgue comme un centre commercial, on ne me l’a jamais faites. Et puis, c’était le genre de blague que j’étais du genre à faire… En fait. Ce n’était pas même pas une blague, c’était ça le plus glauque. « Un centre commercial… » je marmonne entre mes yeux en me penchant vers lui. Je suis dubitatif, ça c’est clair, mais encore plus étonné par la teneur des ses propos. ll devait être du genre à banaliser la violence et les corps déchiquetés, mais ça, c’est le métier qui rentre.
Le plus étonnant là dedans, c’est que ça le fait rire. « Je… j’imagine, oui… Je crois… » Sceptique. Mal à l’aise, surtout, je repose mon attention sur la télé.

Je tapote ma tasse, alors que le temps passe. Je n’aime pas vraiment parler de ça, la curiosité m’avait poussé à m’intéresser à son travail, mais je n’aimais pas voir le malheur de Gotham. Ni à quoi elle est destinée. « Si je pouvais, j’aurais quitté Gotham, mais j’ai toujours des choses à y faire. » On compte sur moi, j’ai mes marques, mon devoir. Ce n’est pas comme si je pouvais tout claquer, lui dire adieu et m’en foutre. Non, pas vraiment.
« Je pense à ceux qui sont coincé, ici, qui ne peuvent pas partir… alors je reste. Comme pour Mrs Bowers et les autres. »
Je hausse les épaules d’un air las. Ca m’épuisait d’être parfait, toujours là pour les autres. La bonne pâte. « Et pourtant, on continue de venir à Gotham… Dans l’espoir de quoi ? La sauver ? »                                                      


(rohlala, j'ai galéré à l'écrire, je suis désolé D8)

_________________
+ SKYFALL.
©️endlesslove.<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Eliott K.Prescott/Absolem »


Messages :
69
Age :
34
Localisation :
Dans la morgue.
Emplois :
Médecin légiste pour la GCPD et médecin spécialisé dans les troubles cardio-respiratoires et la dégénérescence musculaire.
Leit motive :
Purger le monde

MessageSujet: Re: Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours   Mar 31 Mar - 18:32

Le jeune homme aux cheveux noirs ne comprenait pas tout à fait, mais le supposait : ta réplique et ta façon d'être l'avaient mis mal à l'aise. Ainsi, il reporta son attention sur la télévision, tapotant sa tasse. Après quelques instants de silence, ton interlocuteur reprit la parole :

Si je pouvais, j’aurais quitté Gotham, mais j’ai toujours des choses à y faire. t'avoua-t-il, alors que tu finissais ton gâteau. Je pense à ceux qui sont coincés, ici, qui ne peuvent pas partir… alors, je reste. Comme pour Mrs Bowers et les autres. continua-t-il, haussant les épaules, las : tu voyais quelque chose en lui qui n'allait pas, il n'était pas lui-même, ça semblait le fatiguer de voiler sa véritable façon d'être. Et pourtant, on continue de venir à Gotham… Dans l’espoir de quoi ? La sauver ?

Tu étais ainsi, autrefois, il y a longtemps... Aujourd'hui, tu ne cachais que tes crimes. Que ça plaise ou non, les gens allaient devoir te supporter tel que tu étais. Tu eus un sourire en coin, sans pour autant perdre ton sérieux, jusqu'à ce qu'il poursuive. À l'entente de ses mots, tu ne pus t’empêcher de reprendre ton air stricte et inexpressif habituel.

La ville n'a pas besoin d'être sauvée ou protégée ; ce sont les citoyens qui le nécessitent. Les bonnes personnes n'ont pas le moyen de se protéger d'eux mêmes, malheureusement, mais peuvent rester à flot et tenter de changer leur entourage, tenter d'améliorer le monde qui les entoure. Les autres n'ont pas besoin d'être sauvés, surtout s'ils refusent l'aide d'autrui. expliquais-tu, te calant bien contre ta chaise.

Tu parlais plus calmement, pensant à ta chère Alice, ta cousine, qui te disait toujours qu'il pouvait y avoir du bon même dans la pire des personnes qui soient et, s'il y avait toujours un grain de bonté dans un cœur souillé, il y avait de l'espoir – tu n'y croyais pas tellement et tes moyens étaient bien plus radicaux que les siens, indéniablement.

Sachez que le crime est partout, pas seulement à Gotham. Que ce soient les grandes ou les petites villes, elles ont toutes leurs crimes, leurs fautes. Et, vous savez, ce ne sont pas les armes et les savoir-faire qui sont mauvais, mais l'usage qu'on leur donne ; tout comme nos actes. expliquais-tu, dénichant ton portefeuilles avant de poser l'argent sur la table, laissant un bon pourboire avant de te lever et de récupérer ta clope – la coinçant entre tes lèvres. Ceci dit, lorsqu'une idée, une pensée est appliquée et suivie, apprise et acquise par plusieurs personnes ; lorsqu'on la partage sans l'imposer, tout en l'analysant et l’interprétant sans nuire autrui, ces notions cessent d'être des simples mots avec sens vague et prennent forme – cela devient une réalité. Il est prétentieux de croire qu'une minorité pourrait changer des siècles d'erreurs humaines en quelques jours – ou des années. Il faut être patient et œuvrer lorsqu'il nous est possible, à tous les niveaux, étudiant nos semblables et notre propre avis peut fausser notre jugement, c'est pourquoi il faut connaître autrui avant d'en conclure. L'existence n'est pas une simple équation manichéenne : sans la guerre, on ne saurait apprécier la paix, elle n'existerait point. Il en vient de mêmes pour la lumière... Il faut uniquement respecter l'équilibre qui leur est dû. De ce fait, l'égoïsme n'est pas un luxe, parfois ; on a besoin de notre condition d'individus, au sein d'une société. ajoutais-tu, tapotant l'épaule du brun avant de te pencher vers lui :  À trop s’investir on se perd, on oublie qui on est. C'est comme porter un masque, et les doubles vies ont un lourd tribut, M. Grayson.

Suite à ces mots, tu t'es redressé, faisant un signe de tête à la vieille femme, avant de quitter le commerce. Tu devais retourner au travail : c'était le début d'une journée comme toutes les autres.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gothamchronicles.forumactif.org/

« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours   

Revenir en haut Aller en bas
 

Début d'une journée quelconque [Pv : Dick Grayson] En cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Journée exceptionnelle en région Chartraine
» Journée Mondiale de la poste 09/10/10
» J'ai passé une journée de dingue !
» Journées du Patrimoine, Montpellier, le Peyrou
» Journées du Patrimoine 2009 Crépy en Valois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fellow Gothamites :: Gotham :: Downtown-