Partagez | 
 

 Hush now, Quiet now, the Scarecrow is here. • L'Epouvantail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

« L'Epouvantail »


Messages :
8
Leit motive :
Pour la science

MessageSujet: Hush now, Quiet now, the Scarecrow is here. • L'Epouvantail    Dim 1 Mar - 22:38


L'Epouvantail
"There is nothing to Fear, but Fear itself"
 

Je m'appelle Jonathan Crane, mais je me fait parfois appeler l’Épouvantail. J'ai actuellement 36 ans et je suis célibataire, enfin, si Music ne compte pas. Je suis un gothamites de naissance, un patelin à côté et j'habite à Old Gotham et Arkham pour les vacances. Je suis un membre unique et à part entière de Arkham 4ever. Au quotidien, je travaille à/comme ancien psychiatre, disons que thésard à temps plein me conviendrait mieux à l'heure actuelle. Ne le dites à personne, mais ma plus grande peur est mon père.


physique
Un mètre quatre-vingt huit, voilà un homme bien grand dirons-nous. Il vous scrute de son regard d'un bleu glacial, un regard toujours mauvais, même si il ne le voulait pas. Ce regard si prenant et froid, qui gèle votre petit cœur d'enfant, messieurs dames. Un épouvantail, voilà ce qu'on dit de lui. Soixante et un kilogrammes. C'est peu. Mais il n'est pas malade, oh non, c'est sa nature. Sa nature d'être effroyable. Sa nature d'être semblable au maître des corbeaux. Grand et maigre, on ne pouvait pas faire plus intriguant. On se demande comment il tient debout tellement il est mince. Ses longs doigts squelettiques font frémir tout ceux qu'il touche, sa voix grave et rauque fait trembler ceux qu'il méprise. Oh non, tu n'aimerais pas le croiser, il est tellement imposant et sinistre qu'il tuerait juste en posant ses yeux de vautour sur toi.
Ancien psychiatre, celui que l'on surnomme l'épouvantail avait l'habitude de porter son costume digne d'un croque-mort. Trois pièces marron, cravate rouge vin, rouge sang. Des cheveux mi châtain mi roux, dont l'obscurité a bien foncé la teinte. Une couleur de peau si pâle, qu'on le croirait sorti de sa tombe. Ce que tu observes se reflète dans tes grandes lunettes rondes, ils peuvent se voir mourir de peur, c'est amusant.

Mais voyons Jonathan, cela fait bien longtemps que tu as rangé ce vulgaire déguisement et tes diplômes au placard, tout comme ta réelle identité. Personne ne te connait vraiment, personne ne sait réellement qui tu es. Toi, brillant psychiatre qui tua son avenir à la guillotine pour des recherches trop sinistres. Ils t'ont jeté comme un chiffon, hurlant à la sorcellerie et à la barbarie. Ils sont si idiots à tes yeux. Un costume bien effroyable que voilà, fait de lambeaux aux tons marrons et gris, tu caches ton visage sous un masque dont le sourire cousu ricane aux cris de tes cobayes. L'Epouvantail, au grand chapeau de paille et à la corde autour du cou. Seule son ombre ou sa silhouette suffit à vous inquiéter, une grande faux entre ses mains. Mais vous avez raison, il ne vaut mieux pas rester dans les alentours. Courrez, bande de rats.

Excellence. C'est ce qui pourrait te caractériser, Professeur. La psychiatre ? Tu la maîtrises si bien. La Peur ? Tu baignes dedans depuis ton enfance que tu penses ne plus la ressentir. Tu ne ressens rien, ni la pitié, ni l'amour, ni l'angoisse. Chimiste, c'est ce qui fait de toi un criminel. Assoiffé de connaissances, tu as réussi à redonner vie aux peurs et souvenirs des gens. Criez, pleurez, pour lui, vous n'êtes que des expériences.
caractère
La neige peut partir, la mort peut se faire oublier. Il n'y a pas plus froid que Jonathan Crane. Malheureusement connu pour son manque d'état d'âme et son indifférence face à la torture et la mort, le Professeur Crane est quelqu'un à jamais désenchanté. Trahi par tout ce qu'il aimait, renvoyé six pieds sous terre pour la science, Jonathan n'espère rien de bon pour lui et pour ceux qui l'entoure. En permanence désabusé et négatif, il ne voit rien de positif dans le monde dans lequel il vit. Pour lui, tout est mauvais, tout est embelli, tout n'est que crachats et vomissures. Les conversations avec lui sont déprimantes et terre à terre, il n'est pas du genre à rêver de quelque chose ou à convoiter le bonheur. Il n'a qu'un but dans la vie, c'est d'étudier les peurs de chacun. C'est peut-être la seule chose qui le fait sourire. Le malheur des autres et la tourmente. Jonathan est quelqu'un de très patient aux tendances insomniaques. Il est déterminé et ses desseins sont de mauvaises augures. Il ne fait confiance à personne et, mieux vaut-il ne pas lui faire confiance. Poignarder un soi-disant ami dans le dos ne le dérange pas, tuer aussi, ne lui fait pas peur. Rien ne lui fait réellement peur à part peut-être ...

ma peur
Son père. Ses souvenirs affreux alors qu'il n'était qu'un enfant. Lui aussi sait ce que ça fait de n'être qu'un cobaye. Qu'un objet. Bien que son père est mort, Jonathan craint son retour, physiquement ou psychologiquement. Il fût son seul bourreau et il serait incapable de le vaincre sur ce terrain qui les lient tant : la peur. Lui il ne craignait vraiment rien.
Gerald Crane, torturer ton fils juste pour ton foutu travail t'importais peu, n'est-ce pas ? Il ne valait rien à tes yeux pourtant, il te ressemble tellement aujourd'hui. Il est plus brillant que toi, mais il est paralysé par ce que tu lui as fait. Tu as fait ce qu'il est aujourd'hui. Lui qui, enfant, ressemblait tant à sa mère. Pour sa douceur et son intelligence. Il n'aurait pas fait de mal à une mouche. Mais aujourd'hui, lorsqu'il se regarde dans un miroir, il ne voit qu'une chose : la peur.
Revivre ses années de torture déboussolerait Jonathan, il cache ce passé désolant à tout le monde. Le fait de se savoir avoir été lui aussi une victime le chagrine et le met hors de lui.


mon avis sur Gotham
Pourrie. Gotham sombrera dans son horreur. Selon l'Epouvantail, Gotham n'est qu'un terrain de jeu pour les criminels, il n'y a aucun espoir à avoir et finalement, cette situation ne lui déplait pas. Il voit en cette ville la possibilité de kidnapper de pauvres gens et les tuer sans que personne ne lève le petit doigt, ses expériences peuvent se dérouler comme bon lui semble.

(note de la joueuse : bah ouais, pour quelqu'un de blasé à mort c'est compliqué d'en écrire des tonnes !)


derrière l'écran
Appelez-moi Cranuche. Ou Licorne des neiges. Comme vous voulez. Dediou, j'en ai marre de voir ce personnage, c'est la 4ème fois que je le joue. Ca fini en obsession, je suis amoureuse de lui. OMG.
En espérant vous vendre du rêve ♥️ Au passage, je tiens à prévenir les admins que j'ai repris une partie de l'histoire de ma fiche sur mon fofo, wala j'espère que ça ne dérange pas Smile


fiche by Anthemis.
crédits gifs & icon ;; tumblr & chester.



HISTOIRE
"There misunderstood my methods"
 



c'est mon histoire
'Ne t'inquiète pas Jon, il ne reste que trois minutes '
Trois minutes qui allaient en paraître soixante pour le petit garçon de neuf ans qui était blotti contre un mur de la pièce où il était. Il hurlait, des petits cris stridents d'enfant qui raisonnait dans cette pièce immonde et sombre, une pièce que même le pire des parents n'offrirait pas pour cachette à un môme et pourtant, c'était bien là que se trouvait le petit Jonathan Crane.
- Papa, pitié ! Je… je … haa !
Le petit garçon sombra dans un grande crise de larmes, formant de la buée sur ses lunettes rondes, il se tenait la tête, serrant violemment les dents tout en sanglotant de plus belle.

- Parfait fiston !
'Ne t'inquiète pas '. Une phrase à la quelle Jonathan aimerait rigoler, pourtant lorsqu'il l'entendait c'était pour s'inquiéter encore plus, il savait que cette horreur allait être encore plus atroce à vivre, ce cauchemar encore plus sombre, il priait pour qu'enfin son père retrouve la raison et le sorte de cette cave puante et infestée de rats. Le petit garçon laissa une dernière larme fuir sur ses joues pâles et plongea dans une hallucination sinistre. Il se voyait, lui, avec son père, une allure monstrueuse, un cadavre qui répète sens cesse 'ne t'inquiète pas Jon', il s'approche tandis que l'enfant recule, enfin il essaie. Il n'y arrive pas, il est coincé à jamais ici avec ce monstre, mais ce montre n'est que son père et pourtant, Jonathan a peur. Terriblement peur. Il n'entend même pas les 'Parfait fiston' que crache son géniteur malsain, il est horrifié par ses hallucinations, par son pire cauchemar. Alors, il se voit plus vieux, toujours emprisonné par ce monstre, cet être mauvais et fait d'horreur qu'est son père. Il se voit vieillir, encerclé par les bras fait de ronces et d'os de son géniteur, jusqu'à se voir finalement jamais mourir. Son cauchemar était d'être à jamais détruit par son père. Il hurla. Noir.


Sûrement espérait-il qu'à son réveil, il voit la lampe hideuse posée sur le guéridon du salon, qu'il serait sur le canapé, allongé par son père qui lui tiendrait une tasse de thé pour le remettre de ses émotions. Même pas. Lorsque le petit Jonathan ouvrit les yeux, ce fût pour sursauter face à la mâchoire détachée d'un cadavre qui tomba. Car oui, son père était un grand chercheur pour l'armée Américaine, ainsi, il travaillait sur la peur, des produits la favorisant, des hallucinogènes et tout cela en ayant pour seul cobaye son fils. Il avait récupéré des cadavres à la morgue pour faire de cette pièce un lieu d'horreur, pure et simple. Même les immondes épouvantails du champ de blé avaient pris place ici, c'était eux qui faisait le plus peur à Jonathan, leurs effroyables allures de squelettes aux visages déformés et leurs expressions inhumaines. Jonathan ferme les yeux, il se blotti contre ce qu'il peut, il renifle bruyamment et attend, c'est tout ce qu'il peut faire, d'attendre que son supplice se termine enfin, car il y avait toujours une fin, toujours un minimum d'humanité finalement dans l'être qu'était son père. Le petit garçon patienta, il voulait entendre encore une fois cette phrase dépourvue de sens dans cette situation 'ne t'inquiète pas', mais elle ne vint jamais.

Trois jours plus tard, la police découvrait le corps sans vie de Gerald Crane ainsi que le petit garçon, mort de peur, reclus au fond de la cave.

Ceci n'était que le début de l'horreur de Jonathan Crane. Plus tard, alors qu'il n'était qu'un élève à l'école piteuse dans un coin perdu de Bristol, le jeune Jonathan Crane alors âgé de douze ans, il découvrit les ignominies de la sociabilisation. 'Maigrelet', 'sac d'os', 'sale rat' mais surtout 'l'épouvantail' devinrent ses surnoms les plus communs. Battu par les uns, insulté par les autres, le jeune garçon se renferma sur lui-même se mettant même à haïr tout ce qui pouvait être humain. En parallèle, Jonathan s'intéressa plus amplement aux recherches de son père, étant le dernier membre de la famille Crane encore en vie, il hérita de tous les biens de ce dernier. Ainsi, livres et écrits sur la peur et les phobies étaient entre les mains curieuses d'un enfant innocent.
C'est seulement à l'âge de dix sept ans qu'il osa lire entièrement les écrits de son père, ses recherches, c'est depuis ce jour là que le jeune homme devint horriblement passionné par les phobies.

Rapport d'enquête de l'accident du 30 Octobre  1996
 
Le véhicule, une berline blanche immatriculée IXF-TPZ a été retrouvée encastrée dans un arbre aux alentours de Bristol. Le conducteur, un jeune homme de type caucasien nommé Peter Williams est décédé lors de l'accident, son décès remonte à deux heures et demi selon les médecins légistes. La petite amie de ce dernier, Jessica Roberts est encore sous le choc de l’événement. Elle nous raconte qu'une silhouette fantomatique, un épouvantail se serait dressé sur la route faisant braquer le jeune homme pour s'enfoncer dans la forêt.

Jonathan Crane entre finalement à l'Université de psychiatrie de Gotham, là bas, il intrigue ses professeurs pour sa passion dérangeante des peurs, ses questions lors des cours magistraux ne se portent que sur ce thème. De son côté, il rempli sa bibliothèque d'ouvrage parlant de phobies et autres traumatismes dont il est fasciné.  Il obtient finalement son diplôme de psychiatre et continue pour obtenir de professeur en psychiatrie.
Quelques mois plus tard, il est embauché à Arkham Asylum et profite de ses temps libres pour donner des cours à l'Université. Cependant, il fût très vite exclu de l'Académie après avoir tiré avec une arme à feu dans un amphithéâtre afin de démontrer la peur par effet de surprise.

Intrigué, intéressé, possédé par ces peurs qu'ils ne ressent plus, le psychiatre s'étant fait un nom dans le monde de la psychologie sur des cas compliqués, il est très vite rattrapé par son désir accru d'en savoir plus sur la chose dont il fût un cobaye : la peur. Il reprend après des heures de réflexions les recherches de son paternel. Rapidement, Jonathan Crane créer des toxines ayant pour capacité de révéler les peurs de ceux qui les inhalent. Il commence à les utiliser sur les patients qu'il considère comme irrécupérable. Les expériences se déroulent parfaitement bien, mes les quelques décès qui surviennent sur certains, alertent le directeur qui découvre avec horreur ce qui se déroule dans les sous-sols d'Arkham. Clamant que ces expérimentations étaient à but scientifique, la jeune psychiatre est finalement déchu de ses fonctions et perd tous ses diplômes. Il est renvoyé d'Arkham Asylum.
Dégouté et bafoué sur son honneur, le professeur Crane ne démord pas. La peur ne peut être étudiée si elle n'est pas vécue au moment même où on l'observe. C'est alors que né l’Épouvantail. Légende effroyable de Gotham City qui, grâce à des gaz pourraient raviver les peurs et souvenirs de ses victimes.


fiche by Anthemis.
crédits gifs & icon ;; tumblr & chester.



Dernière édition par L'Epouvantail le Lun 2 Mar - 14:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Music Meister »


Messages :
50
Leit motive :
Transformer le monde en comédie musicale

MessageSujet: Re: Hush now, Quiet now, the Scarecrow is here. • L'Epouvantail    Lun 2 Mar - 14:30

Fait coucou au maître de la peur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« L'Epouvantail »


Messages :
8
Leit motive :
Pour la science

MessageSujet: Re: Hush now, Quiet now, the Scarecrow is here. • L'Epouvantail    Lun 2 Mar - 14:55

Balance son gaz sur Meister pour lui dire bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: Hush now, Quiet now, the Scarecrow is here. • L'Epouvantail    Lun 2 Mar - 16:32

J'imagine que c'est fini chou

Pauvre Jonny ;_; Il est trop fou, mais il me fait de la peine !

Par contre, pour Bristol... Y'a un truc qui m'échappe. Il est né en Angleterre et il a étudié à Gotham après ?

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com
avatar

« L'Epouvantail »


Messages :
8
Leit motive :
Pour la science

MessageSujet: Re: Hush now, Quiet now, the Scarecrow is here. • L'Epouvantail    Lun 2 Mar - 16:38

Il y a aussi Bristol à Gotham, jeune roux !
http://img89.xooimage.com/files/5/9/0/gotham-city-3754923.jpeg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: Hush now, Quiet now, the Scarecrow is here. • L'Epouvantail    Lun 2 Mar - 16:41

Okay, autant pour moi, je connais pas toute la géographie de Gotham 8D

Chic fiche, chouchou, j'te valide

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com

« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Hush now, Quiet now, the Scarecrow is here. • L'Epouvantail    

Revenir en haut Aller en bas
 

Hush now, Quiet now, the Scarecrow is here. • L'Epouvantail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Scarecrow and Mrs King
» DC CATWOMAN DELUXE VINYL - JIM LEE HUSH VERSION
» HUSH HUSH (Tome 2) CRESCENDO de Becca Fitzpatrick
» 01. Scarecrow
» HUSH de Kate White

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fellow Gothamites :: Write you own tale :: Présentation :: Présentation Validée-