Partagez | 
 

 If you wear that velvet dress (selina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: If you wear that velvet dress (selina)   Lun 23 Fév - 0:16




E.Nygma

Selina Kyle

Mademoiselle Kyle,

O
u peut-être préféreriez vous Selina, cher Féline ? Nous n’avons jamais été intime, n’est-ce pas ? Je n’oserais pas vous tutoyer. Le monde pourrait s’effondrer que ne prononcerait qu’en tremblant un Tu à votre égard. Il mourrait au bord de mes lèvres que vous ne m’accorderiez même pas un regard. Un rire cristallin tout au plus, une caresse furtive que je n’aurais pas le temps de savourer que votre présence ne serait plus…

Une lettre… Voilà qui est plus simple pour vous capter. Vous serez obligé de m’avoir en face à face. Un face à face lettré, quoi de plus intime que donner de sa personne dans une valse langoureuse de mot ?

Croyez moi, mademoiselle Kyle, loin de moi l’idée d’offenser votre personne, je ne viendrais nullement à vous pour perturber vos habitudes. Loin de là… J’aurais besoin de vos talents tout particulier pour mes humbles services. Vous pourriez refuser, très chère… mais qui oserais refuser une demande du Sphinx ?

Je connais presque tout de vous. De votre soeur Maggie ou de vos différents avec le GCPD et je ne suis pas homme à faire du tord à une noble femme. Ne me forcez pas à aller contre ma volonté et suivez plutôt la mienne.

Vous saurez tout en temps et en heure Selina, le Riddler n’est jamais en retard.
Le temps m’appartient et il ne vous fera danser que lorsque je le déciderais.

Soyez sage, Selina… Votre décision est entre mes mains.

E.Nygma
© sobade.



_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com
avatar

« Selina Kyle »
You know what Miss Kitty ? I feel so Meow ♥


Messages :
232
Localisation :
Gotham, Crime Alley.
Emplois :
Cambrioleuse aux griffes d'aciers ♥
Leit motive :
Diamonds are the girl"s best friends ♥

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Mer 25 Fév - 16:23


 
If you wear that Velvet Dress

 
Edward Nygma & Selina Kyle
I don't know about you, Miss Kitty, but I feel so much yummier.
- Selina, c'est quoi ça ?
La jeune brune ronchonna, beaucoup trop occupée à admirer ce collier de pierres précieuses qu'elle avait 'acheté' grâce à sa minable paie de barmaid. Ses yeux émeraudes brillaient devant une telle manufacture, des pierres finement taillées, une chaîne d'or parfaite.. Digne d'un grand créateur sûrement. De toute façon, pensa t-elle, venant de la bijouterie où elle l'avait trouvé, ce ne pouvait être que de la grande fabrique. Devant son miroir, Selina ne résista pas à la tentation de l'essayer. Brillante, pimpante, elle s'admira avec une légère touche de narcissisme son reflet.

- Tu trouves pas qu'il me va super bien au teint ?
- E Nygma... C'est qui ?
Les yeux de Selina triplèrent de taille, passant du regard de biche aux yeux de chat effrayé. Nygma. Elle connaissait ce nom, un des types pour lequel Selina travaillait de temps en temps avait un certain problème avec lui, il rêvait de lui casser la gueule, c'est tout ce qu'elle savait. Mais le fait que celui-ci soit mentionné par Maggie inquiéta la femme-chat qui bondit sur ses pattes, arrachant la lettre que tenait sa jeune sœur entre ses petits doigts.

- Aaah. Ça. Maggie ! Je t'ai déjà dit de ne pas prendre mon courrier !

Cette lettre croupie dans la boîte aux lettres depuis deux jours, j'ai à présent le droit de savoir !
Selina se faufila dans une autre pièce, laissant sa sœur seule. Maudits cinglés qui osent venir dans ce que la femme-chat appelait 'le domaine du privé'. I ne fallait en aucun cas que sa jeune sœur sache les liens étranges de Selina et surtout … qu'elle est la seule et unique Catwoman. La jeune brune s'étala nonchalamment sur le lit défait, une sucette à la fraise entre les dents, elle commença à lire la lettre. C'est comme si le visage de la jeune femme passait d'un état à l'autre. Lentement, au fur et à mesure de la lecture, le nez de Selina frisa, ses sourcils dansèrent la valse tandis que ses lèvres sursautaient. Les premières phrases lui plaisait, la femme-chat adorait qu'on vente ses mérites, c'est avec fierté qu'elle se dressait comme un paon à chaque mot. Puis, le je connais tout de vous la fit tiquer. Maggie. Elle se mit à froisser la feuille avec le bout de ses doigts, enfonçant ses ongles un peu plus dans le papier. Maggie. Il avait oser parler de sa sœur chérie, il allait passer un mauvais quart d'heure ce Nygma. Bien que la proposition était alléchante, Selina resta sur ses gardes, au final, elle ne savait rien. Elle ne savait pas ce qui était à dérober, ni où, ni quand, ni à qui, ni pour qui.
D'un naturel curieuse, Selina s'interrogea sur la manière de découvrir qui était ce type et surtout… où le trouver. Mais ça, elle savait très bien qui pouvait le savoir… LA personne qui savait tout de tout.

♥ ♥ ♥

La nuit tombée, Maggie endormie, Selina revêtit son costume de Catwoman pour l'occasion. Postée sur les toits, la jeune femme plissa les yeux pour observer les passants. Mais ce que recherchait surtout la Catwoman, c'était une jeune prostituée. Une jeune fille bien trop jeune pour ce métier que la femme-chat avait sauvé il y a  quelques mois de son mac un peu trop brute. Le pauvre homme était à présent six pieds sous terre, enterré vivant, préalablement. Soudain, la tignasse blonde de l'informatrice de la femme-chat se dévoila au coin d'une rue, moulée de haut en bas par sa robe. Catwoman se glissa comme un serpent entre les immeubles, parvenant assez facilement dans la ruelle où la gamine attendait un possible client.

- Ta robe est trop petite Holly-chérie, on dirait un saucisson.
Murmura Selina d'une voix suave en attrapant la jeune prostituée par le bras.

- Cat… Je fais mon boulot là, qu'est ce que tu veux ?

- Des infos ma minette. Sur un certain E. Nygma, ça te dit quelque chose ? Questionna Catwoman en tirant quelques billets de son décolleté.
- Ahah… Catou, qu'est ce que tu veux faire avec ce crétin ?
- Il sait des choses sur moi qui ne me plaise pas et… il me propose des trucs intéressants. Des trucs auxquels je ne pourrais pas dire non, il me l'a si bien vendu…
- Ce malade est reclus dans un appartement à deux rues d'ici, depuis la mort de la vieille Tcheskov là, les squatteurs avaient l'habitude de prendre son appartement. Mais à ce que l'on dit, ce Nygma là dont tu parles s'est installé et en est pas reparti. Les gars du squat sont légèrement pas contents… si tu vois ce que je veux dire.
- Hum, un petit autoritaire. J'adore ça.

Holly roula des yeux, mais alors qu'elle s'apprêtait à poser son regard sur son interlocutrice, cette dernière avait déjà disparu.

♥ ♥ ♥


La femme-chat était déjà à la fenêtre de ce Nygma, parfaitement comme elle l'avait imaginé.

- Un nerd. Se dit-elle en levant les yeux au ciel, ce type devait passer ses journées les joues collées à ses écrans et ne devait se nourrir que de ses touches de claviers fichus. Déjà, il marquait un point : ce possible beau garçon ne possédait pas de la qualité en domaine de fenêtre. Grâce à ses griffes, Selina ouvrit l'ouverture avec aisance. Naturellement, elle glissa son corps félin afin d'entrer dans la pièce. Sans bruits, dans la plus grande douceur, évitant de faire claquer ses talons sur le sol. De sa démarche féline, Catwoman s'approcha, se retrouvant à quelques centimètres de lui sans qu'il ne s'en aperçoive. Sensuellement, Selina glissa ses bras autour du cou de Nygma, collant sa joue contre la sienne, elle ne se garda pas de lui déposer un baiser sur la joue.

- Décevant chéri. Pour quelqu'un qui sait tout de moi, je trouve ça un peu désobligeant de ne pas mettre une serrure plus efficace à sa fenêtre…
Selina se redressa pour ensuite se poser délicatement sur les genoux du pseudo-génie, elle plongea son regard émeraude dans celui de Nygma et continua de sa voix mielleuse.

- J'aime énormément les lettres mon chou, mais je les préfère quand tout ce que je veux savoir y est écrit vois-tu… tout en lui malaxant les joues avec la pointe de ses griffes, la femme-chat papillonnait des cils, j'ai dût remuer ciel et Terre pour te trouver dans cette si belle chambre de luxe mon chaton.
Continuant son jeu de séduction minable, Selina fini par lui lécher la joue délicatement tout en mimant un ronronnement sourd. Mais rapidement, la douceur de Miss Kyle se transforma en une violente gifle dans la figure du pauvre Homme-Mystère.

- Et maintenant chéri. Tu me dis ce que tu m'veux. Je dé-tes-te qu'on me dérange pour des conneries alors tu as plutôt intérêt à me proposer quelque chose de très… TRES intéressant, sinon, tu seras la pâté de mes chats pour ce soir.


 
fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Mer 25 Fév - 18:56

« Elle m’avait pas raté, la harpie ! »
février, année une
Le casque sur la tête, micro déplié contre les lèvres, j’étais dans une énième partie en multijoueur. Les yeux rivés sur l’écran, lunettes au bout du nez, je cliquais frénétiquement sur la carte virtuelle sous mon nez. Honnêtement, je n’avais pas d’activité plus enflammée ces derniers temps ; je devais mettre le nez dehors le moins possible sous peine de me retrouver à Arkham, je n’avais pas particulièrement envie de mettre le nez dehors et j’attendais de toute façon la réponse d’une minette sauvage. « Vous jouez vraiment comme des manches… »
La partie me tient en haleine et quasiment rien ne pourrait m’en décrocher. Quoi qu’il puisse arriver, je n’entendais quasiment rien…

A quelques centimètres de l’écran, je gère l’avancement de notre guilde sur la prise du bastion ennemi. La partie se déroulait comme convenu : victorieuse. Un éclat étrange brillait en haut de la tour. Un éclat qui n’avait rien à faire là … Un bug, un hack ? Non, non… J’avais déjà hacké une partie, mais je ne pense pas que beaucoup en arrivaient à ce genre de méthode juste pour gagner. En fait, ce n’était pas un problème d’affichage… C’était… Juste un reflet. Un sale reflet. D’apparence humaine, d’ailleurs. Je plisse les yeux, en me rapprochant de l’écran quand je comprends sur le tard…

Je sursaute, ma main envoie une claque contre le clavier alors que deux bras m’enserrent, déposant contre mon cou un parfum féminin. D’une main, je retire le casque posée sur mes oreilles. Sa joue se pose sur la mienne… Je n’ai jamais été très tactile… Encore moins quand mon coeur est sur le point de me lâcher. « Bonsoir Selina… » marmonnais-je d’une voix enrouée… Une grimace s’installe sur mon visage, plus gêné par sa présence que par l’impuissance de mes réactions. Son baiser m’arrache un soupir douloureux alors que je tire la tête sur le côté. « Décevant chéri. Pour quelqu’un qui sait tout de moi, je trouve ça un peu désobligeant de ne pas mettre une serrure plus efficace sur sa fenêtre… » « Dois-je préciser que tu ne m’as pas prévenue de ton arrivée… ? J’aurais prévu un peu plus de challenge… »  Ma voix est fluette, à peine plus haute qu’un murmure. La surprise m’a pris de justesse et quand je ne suis pas à l’aise…

C’est fatal.

Je la regarde par dessus mes lunettes alors qu’elle s’installe sur mes genoux. Complètement crispé, mes mains sont en suspension autour d’elle. Elles ne s’y poseront pas. Je dois avoir l’air ridicule… Tendu et le visage fermé. Mon regard farouche se balade sur son visage. « J’aime énormément les lettres, mon chou, mais je les préfère quand tout ce que je veux savoir y est écrit vois-tu… » « En fait, si tu m’avais laissé le temps, je t’aurais… » Non, Edward, ne regarde pas ses lèvres. Mes mots s’emmèlent, la phrase ne prendra jamais fin. « Lâche moi, maintenant… » La voix tremblante, je secoue la tête, incapable de me concentrer alors qu’elle me triture. « J’ai dû remuer ciel et Terre pour te retrouver dans cette si belle chambre de luxe mon chaton. » « Je suis flatté, mais… » Elle me léchait maintenant ! Je finis par poser mes mains sur elle dans le vain espoir de la pousser et de laisser mon visage tranquille ! « Dégage de là ! »

Persuadé d’avoir réussi à reprendre possession de mon corps et de mes moyens, j’amorce un geste pour me lever de ma chaise quand une rafale de griffe s’abat contre ma joue, faisant sauter mes lunettes de mon nez. Ma peau se rafle, profondément, déchiqueté au lieu d’avoir une coupure net… Les pires. La violence de la gifle fait basculer la chaise en arrière et… Moi avec. Le casque s’arrache de l’ordinateur et mon nez entre en collision avec le parquet. Dans un gémissement douloureux, j’essuie d’un revers de main le sang coulant sur mon visage. Elle m’avait pas raté, la harpie !

« Et maintenant chérie. Tu me dis ce que tu m’veux. Je dé-tes-te qu'on me dérange pour des conneries alors tu as plutôt intérêt à me proposer quelque chose de très… TRES intéressant, sinon, tu seras la pâté de mes chats pour ce soir. »

Je me relève péniblement, époussette la poussière accumulée sur mes genoux et pose dans ses yeux un regard assassin. Je me souviens maintenant, pourquoi je ne fais pas confiance aux femmes. « C’est avec des nuées de claques que tu attends des su-sucre ? » Je saisis la canne qui trônait fièrement contre ma chaise et la pose entre ses seins. « Edward, d’une. » D’abord, laver l’honneur et faire comme-ci de rien était.

Je reprends la canne en la faisant tourner autour de mon poignet et garde une distance que j’estime raisonnable entre elle et moi. La frayeur étant passée, mais la douleur non, on allait pouvoir reprendre les choses sérieuses. « Est-ce que tu t’y connais en horloge ? De valeur, j’entends… Je ne me serais pas donner la peine de te sortir de ton trou à rat pour des broutilles. » Je lui lance un regard empli de haine en reposant la canne sur le sol. « Une pendule dont il ne vaut mieux pas chercher à estimer la valeur a été transférer de Paris à Gotham. Une de celles des collections privées de Louis XVI.. .Une merveille. A mon sens, c’est de la folie de mettre un objet de cette valeur dans cette ville, mais soit… Ils cherchent les ennuis. » Je m’accorde un sourire léger, mais qui s’estompe rapidement quand ma peau meurtrit se remet à piquer. « Ils les trouveront. Je veux cette horloge, mais … ! » Tout était toujours plus amusant avec un challenge en plus.

De la pointe de la canne, je lui désigne l’invitation au gala d’ouverture de l’exposition où serait la fameuse pendule. « Je veux qu’elle disparaisse le jour même. » Je m’avance vers elle, prudemment, tenant de nouveau la canne entre elle et moi. « Il me faut cette merveille… Et j’adorerais te voir danser en robe de velours, tenant un bijou bien plus précieux que tout ceux qui tu as déjà volé entre les griffes… » Je m’accorde un rire bref et m’écarte rapidement. Une seule joue me suffisait amplement.

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com
avatar

« Selina Kyle »
You know what Miss Kitty ? I feel so Meow ♥


Messages :
232
Localisation :
Gotham, Crime Alley.
Emplois :
Cambrioleuse aux griffes d'aciers ♥
Leit motive :
Diamonds are the girl"s best friends ♥

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Jeu 26 Fév - 0:31


 
If you wear that Velvet Dress

 
Edward Nygma & Selina Kyle
I don't know about you, Miss Kitty, but I feel so much yummier.
- En horloge ? Allons chéri, je m'y connais en tout ce qui a de la valeur. Bijoux, tenues et même horloges si ça t'enchante. Susurra Selina en se déplaçant langoureusement autour d'Edward, la femme-chat adorait les challenge et celui-ci l'enchantait. La demoiselle éprouvait des sentiments très particuliers avec tout ce qui touchait au luxe et à la grande facture, plus Nygma lui parlait de cette horloge, plus elle papillonnait des cils en imaginant l'antiquité entre ses doigts. Les yeux de la femme-chat brillèrent encore plus quand son interlocuteur lui montra une invitation à un gala. Il lui parla de robe de velours. De danse. Selina avait la tête qui tournait. La jeune femme adorait les bals, bien plus que les rassemblements miteux dans les bars bruyants des petites classes de Gotham. Elle se voyait déjà coupe de champagne à la main , aux côtés d'un riche patron, des perles d'une grande beauté autour du cou. C'est alors que le regard de la demoiselle se reposa sur Edward. Ça allait être lui son cavalier, elle fit la grimace.

- Bien que tu saches parler aux femmes, Edward, murmura Selina en s'approchant doucement du rouquin, j'espère que tu sais danser car, j'adore danser. L'horloge sera entre mes mains alors que tu n'auras pas encore posé tes yeux vicieux sur ma croupe, chéri.
La demoiselle attrape un petit chiffon propre posé sur le guéridon posé à côté d'elle, tout en s'approchant toujours plus de Nygma, celle-ci essuie la blessure du trentenaire délicatement tout en continuant à parler.

- Nous nous rejoindrons prêt du lieu où se tient le gala, Uptown est un quartier que je connais bien. Nous ne passerons pas pour des aliens si on retrouve dans la rue, mais si il y a bien une chose à laquelle il va falloir faire attention, c'est à bien nous cacher. Il va falloir qu'on retire nos allures d'Homme-Mystère et de Catwoman le temps d'une soirée, il va falloir que tu te trouves des vêtements convenables…
s'exclama la jeune brune en examinant Nygma de la tête aux pieds.

- Oublie ton affreux trois pièces verts, tout comme le chapeau. Met du simple, un classique noir et blanc fera l'affaire et… les yeux de la femme-chat se posèrent une nouvelle fois sur l'invitation, coiffe-toi, par pitié.
Selina déposa un dernier baiser sur la joue du Sphinx et disparue aussi vite qu'elle était apparue, se glissant naturellement par la fenêtre.

♥ ♥ ♥

- Et tu comptes aller où comme ça ? Grogna Maggie en dévisageant son aînée, pimpante.
- Ce soir, je vais danser ma chérie, avec des gens de la haute. Ces types qui ne jurent que par le caviar et le homard frais.
Selina enfilait son collier de perles scintillantes, finissant par cerner ses yeux d'un noir profond, qui faisait ressortir ses iris félins.
- Et tu y vas avec qui ? Rétorqua Maggie en s'arrêtant sur la hauteur de talons aiguilles que Selina enfilait.
- Un homme. L'homme le plus merveilleux qui soit, un rouquin un peu timide qui doit sûrement être intéressant une fois décoincé si tu vois ce que je veux…
La cadette stoppa immédiatement sa sœur, les yeux exorbités face au dos nu interminable de la robe de Selina.
- Stop. Stop. Je ne veux pas savoir ce que tu vas faire avec ce gars. Mais si tu peux, ramène-moi des petits fours.
La jeune brune coiffa ses cheveux et enfila une paire de boucle d'oreille faite de diamants. Elle réajusta sa robe noire à bustier qui offrait à n'importe qui une vue délicieuse sur ses épaules, son cou et dévoilait le haut de sa poitrine. Caressant ses courbes félines, cette robe de velours donnait l'impression que les jambes de Selina étaient interminables. La jeune femme recouvra ses lèvres de noir, recourba ses cils et se parfuma. Un parfum mi-doux, mi-agressif, un mélange de fleurs envoûtant.
Enfilant un long châle en dentelle noire pour parfaire sa tenue, Selina fourra dans son sac à main tout ce qui sera nécessaire au braquage, la soirée s'apprêtait à être longue.

♥ ♥ ♥

Uptown, Musée de Gotham, 20h.

Une gifle. Un regard assassin. Un «Va te faire foutre, cordialement.» balancé en pleine figure.
La soirée commençait bien, Selina venait de se faire harceler par l'un de ces riches hommes d'affaires légèrement éméché. Celui-ci n'avait pas manqué de tact, sa main s'était naturellement étalée sur l'arrière-train de la jeune femme et ce, sans son humble permission. Une cigarette au menthol à la main, Selina commençait à s'impatienter. Si il y avait bien une chose qu'elle détestait lors d'un boulot, c'était d'attendre le numéro deux. Laisser ce débile de Nygma en plan et se tirer avec l'horloge ? Pas bête, mais ce nerd doit avoir quelqu'un de plus effrayant au dessus de sa tête. Quoi que, il n'avait pas l'air très sociabilisé… Perdue dans ses pensées mesquines, la femme-chat fût interrompue par l'arrivée de son cavalier qui, elle l'avouait, avait fait un 'petit' effort.

- Charmant, Darling, je ne m'attendais pas à mieux. Rétorqua la demoiselle en se redressant. Maintenant tu m'écoutes, nous sommes Monsieur et Madame, sinon on va éveiller les soupçons si on reste souvent ensemble en clamant haut et fort qu'on se connaît à peine. Il faut à tout prix qu'on trouve qui gère ce bordel, avec un peu de rentre-dedans à coup de séduction, si on l'a dans la poche, on sera difficilement soupçonnable . Après, revenir avec l'horloge ne sera qu'une histoire de talent. Compris, chéri ?
Selina glissa le bras timide de Nygma autour de sa taille, rapidement, ils trouvèrent comment entrer malgré la surveillance accrue qui scrutait chaque visage. Se faire prendre dès le début ne serait pas très glorieux, heureusement, le couple fût très vite à l'intérieur.
Les yeux verts de Selina brillaient comme ceux d'une gamine de six ans dans un magasin de jouet. Les dorures et les objets de valeur ornaient la salle, les bijoux fièrement portés par les dames lui donnait des envies de carnage, elle se contenta de martyriser le bras de son cavalier avec ses ongles.

- Oh mon Dieu, chuchota Selina en examinant le cou d'une vieille dame qui venait de passer devant elle, ces pierres précieuses m'iraient tellement bien. Je n'ose même pas imaginer le nombre de carat qu'on trouverait là-dessus. J'espère que ta foutue horloge brille encore plus mon chéri !
La pièce était bondée, les costards-cravates et mi-lady en peau de vison valsaient aux notes de Ray Charles. Le seul moyen d'analyser la pièce discrètement était de se laisser prendre au jeu. Selina déposa ses mains sur le torse et l'épaule de Nygma et murmura :

- Voulez-vous danser avec moi, chaton ?


 
fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Jeu 26 Fév - 16:39

« N’oublie pas que l’horloge est à moi, Selina. »
février, année une
- Bien que tu saches parler aux femmes, Edward.
- Merci de le reconnaître, l’interrompais-je, non sans un sourire.
- J’espère que tu sais danser car, j’adore danser. L’horloge sera entre mes mains alors que tu n’auras pas encore posé tes yeux vicieux sur ma croupe, chérie.
Je lève les yeux au ciel sans prendre la peine de répliquer. Sa main se repose encore une fois sur la joue, à l’endroit où elle vient de me blesser… J’amorce un mouvement de recul, mais il semblerait qu’elle ait décidé d’oublier les accès de violence. Malgré tout, je reste sur la défensive. On n’est jamais trop prudent avec les femmes.

Elle m’explique son plan sans que je n’aie mot à redire, mais elle, en revanche trouve à redire sur ma dégaine. Alors oui, là, dans l’absolu, je n’avais pas l’air fringuant et elle venait quand même de me décoller une claque. Je tique sur mon costume, mais passons…
- Coiffe-toi, par pitié.
Mais je suis coiffé.

Son dernier baiser m’arrache un râle et je me retrouve en tête à tête avec moi même, la joue détruite et des cheveux tellement roux que je ne savais plus quoi en faire.
Une chance.

Très bien. Alors la dernière fois que j’avais porté un smoking ça devait être pour le bal de ma promo à la fac. Ou alors pendant une conférence à la Wayne Enterprise. J’étais invité pour décoré, bien souvent. Je passe en revue les costumes qui trainent ici depuis que l’appartement est à moi. Costume vert, à proscrire, dommage… J’écarte d’un mouvement sec les ceintres et pose successivement mes doigts sur les autres couleurs. Ha !

La soirée filait trop vite pour moi et pour mes cheveux. Je les avais toujours trouvés trop long, mais je ne faisais pas assez confiance pour les confier à quelqu’un. Ma masse rouquine allait, encore une fois, me poser plus de problèmes que le reste. Je tire tour à tour des mèches, essaye de les arranger dans un sens correct. Je bats des cils d’une mine dépitée.
Et puis pourquoi elle m’emmerdait celle-là ? Je décide d’abandonner, les rabattre en arrière, comme d’habitude, puisque c’était la seule manière d’avoir l’air soigné.

- Charmant, Darling, je ne m’attendais pas à mieux...
- On t’a déjà dit que tu avais du miel dans la bouche ?
- Maintenant, tu m’écoutes…
Change de ton immédiatement chérie ou je te coince la canne autour de la cheville.
- Nous sommes Monsieur et Madame, sinon on va éveiller les soupçons si on reste souvent ensemble en clamant haut et fort qu'on se connaît à peine.
- D’autant que la balafre que tu as si délicatement inscrite sur mon visage est discrète, mais termine, j’arrête de t’interrompre.
La belle termine finalement son explication sans que je ne m’interpose.
- Compris, chéri ?
- Soit prudente avec la séduction, mon chat, un mari jaloux devient hargneux… 
Elle me force à la prendre par la taille, mais cette fois, je suis obligé de faire avec. Avoir l’air, c’est important et, même si j’étais le moins tactile de tous les rouquins, j’allais devoir prendre sur moi le temps d’une soirée…

Dans la grande salle pleine de monde, mes sourcils se froncent. Je ne supporte pas le monde, comme je ne supporte pas la proximité des autres. Je déteste me retrouver coincé au milieu d’une foule. Je préfère de très loin la dominer, mais actuellement, la seule chose à laquelle je pense ce sont les ongles de Selina entrain de me meurtrir les bras. Je me penche vers son oreille en lui pinçant les côtes de l’autre main.
- Je pense qu’une joue suffit amplement, joli coeur, j’aimerais pouvoir me servir encore de mon bras.

- Oh mon dieu…
- Quoi !? 
Je me raidit puis suit son regard, intrigué par sa subite attention. Un collier de pierre… Ca ne m’étonnait pas de sa part, mais je la rattrape du doigt pour la forcer à me regarder.
- J'espère que ta foutue horloge brille encore plus mon chéri !
- Bien plus que celle-là et tu t’en payerais des montagnes rien qu’avec cette horloge, alors ne touche à rien !

Je regardais ailleurs, absorbé par tous les objets de collections dans la pièce et si ça n’avait tenu qu’à moi, j’aurais cherché un moyen de pouvoir tout rafler. Un jour, peut-être… Perdu loin dans ma contemplation, je sens les mains de Selina se poser sur moi et tarde à la regarder… mais je comprends avant même qu’elle ne pose la question…

- La dernière fois que j’ai dansé c’était avec un porte-manteau… Certes assez bien carrossé, mais toute de même…! 
D’accord, la blague était nulle… Si c’était une blague. Je dissimule avec peine un soupir et lui tend une main délicate.
J’avais dansé avec d’autres bonnes femmes il y a des années… mais ça n’empêchait que ça remontait trop loin. De mes souvenirs, je n’étais pas mauvais et même si, en théorie, je savais encore danser, je doute que la pratique soit encore au rendez-vous.

- Eh bien, tu es sage pour un chat. Je commence à me demander si tu es à la hauteur de ta répulsion… Rappelle moi pourquoi je t’ai choisi toi et pas quelqu’un d’autre ? murmurais-je sur le même ton que le sien, avant de rire avec plus de douceur en entamant un pas de danse.
En fait, je n’avais pas oublié. J’avais un tel amour du rythme que finalement, j’arrivais à coordonner plus ou moins remarquablement - pour un nerd - mes pas. Par dessus son épaule, je voyais que plus loin se tenait un cinquantenaire bedonnant, un coupe de champagne presque trop pleine entre ses doigts boudinés.
- Le type avec son costard trop petit et la moue libidineuse, là bas…
Je m’arrange pour qu’en un pas de danse, elle prenne ma place et puisse voir de qui je parle.
- J’ai déjà eu affaire avec lui… C’est un commanditaire français. De mes souvenirs, il a facilement la langue pendante en compagnie de jolie minette.
Je mime un air innocent. Allons, allons, je ne l’avais pas fait venir pour rien. D’un geste sec, mais ferme, je la rapproche de moi en durcissant mon regard.
- N’oublie pas que l’horloge est à moi, Selina. Ne me déçois pas, amour…
Si de loin, nous pouvions avoir l’air tendre et si le timbre de ma voix avait des lascifs, nous n’étions pas moins en affaires.

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com
avatar

« Selina Kyle »
You know what Miss Kitty ? I feel so Meow ♥


Messages :
232
Localisation :
Gotham, Crime Alley.
Emplois :
Cambrioleuse aux griffes d'aciers ♥
Leit motive :
Diamonds are the girl"s best friends ♥

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Sam 28 Fév - 0:45


If you wear that Velvet Dress

Edward Nygma & Selina Kyle
I don't know about you, Miss Kitty, but I feel so much yummier.


«Je rêve où il me compare à un porte-manteau ?» Selina plissa les yeux, trouver un porte-manteau fort bien carrossé lui semblait quelque chose de complètement… hallucinant. Surtout pour une type qui crisait à chaque fois qu'il avait l'occasion de toucher avec ses mimines une ravissante jeune femme. Ce cher Edward avait-il une relation intime avec les porte-manteau hors du commun ? Le regard de la femme-chat se posa sur le rouquin, mille images lui vinrent à l'esprit et toute n'était pas très catholique, elle se contenta de ravaler sa salive et de secouer la tête. Edward pouvait bien avoir des fantasmes étranges, Selina n'avait pas à coucher avec et, finalement, même si l'idée lui était venue à l'esprit pour lui dérober l'horloge, la jeune femme ne se sentait pas de poids à faire des choses avec un porte-manteau pour les doux yeux farouche de monsieur. Alors que son imagination lui jouait des tours, la voix suave de son époux de la soirée fit revenir Selina à la réalité.
Monsieur osait douter d'elle, Selina se mit à sourire. Un sourire coquin et malicieux, il n'y avait pas plus douée qu'elle et, elle le savait. Nygma pouvait bien jouer les sceptiques, il aura son horloge entre ses petits doigts à minuit pile, sauf si la demoiselle en décide autrement. Voler ce qu'elle devait voler pour quelqu'un d'autre. Ce dessein lui rappelait des souvenirs. Tempe contre tempe avec son cavalier, Selina se remémore cette nuit où Catwoman est née. Une nuit bien froide, c'était une histoire de diamant. On lui avait promis une vie bien loin de la prostitution juste pour un diamant. Un caillou qui brille plus que les autres mais dont la valeur au porte-monnaie était indéniable. 'Ils' l'avaient engagée pour le dérobé et, elle avait réussi. Les portes de la plus grande bijouterie de Gotham n'avaient pas résister au charme de la belle Miss Kyle, mais la tentation était trop forte. Le diamant lui aurait offert une vie de luxe à Maggie et elle, jusqu'au restant de leurs jours, la somme que proposait le caïd ne valait rien à côté.  Une balle en pleine poitrine avait suffit à calmer les ardeurs rebelles et rêveuses de la femme-chat. Le souvenir du son de l'impact sur ses os la fit trembler. Les larmes aux yeux, Selina reprit conscience aux dernière paroles de Nygma. «ne me déçois pas, amour. ».  C'était certain, le type qu'il lui montrait alors qu'elle était perdue dans ses pensées devait être un de ces gaillards pleins aux as qui sait tout. Selina tente de reprendre contrôle, son sourire plein de malice se repose sur son visage.

- Darling, il ne me suffira que de quelques battements de cils pour faire fondre ce beau garçon.
Les doigts de la jeune femme se mêlent à ceux d'Edward. Jouer les divas insolentes, elle sait le faire, ses talons claquent sur le carrelage aux motifs baroques, de sa démarche féline, la douce Selina s'approche de l'homme d'affaire dont Nygma parlait. Leurs regards se croisent. Les yeux charbonneux de la brune papillonnent, elle se fait charmeuse. Le type fait taire son voisin en voyant la divine s'approcher. Un français, rien de plus facile à envoûter, Selina fait mine de l'avoir entendu parler et se poste face à lui, tirant une bouffée de fumée.

- La France, ce pays est tellement magnifique. Je vous ai entendu parler de là-bas et, rien que d'entendre cette langue douce et mélodieuse…
Un sourire visqueux s'écrase sur le visage du type, il souffle à la figure de la jeune femme l'épaisse fumée de son cigare, il remplit de champagne les verres du couple.

- Douce et mélodieuse, c'est ce qu'on pourrait dire de vous belle créature
. Siffle t-il en ricanant bêtement. Selina sourit et rit, tout aussi bêtement. Elle approche son visage pour lui faire la bise, lui faisant sentir son parfum fleuri, laissant ses cheveux noirs lui envahir le visage bouffi.

- Je m'appelle Sandra, mon époux ici est…
L'homme d'affaire se penche sur Nygma et relève un sourcil.
- Je le connais vot' mari… Sa tête me dit quelque …
- Impossible ! S'exclame Selina en posant sa main sur l'épaule du type, mon mari est un collectionneur Irlandais. Il ne parle pas beaucoup l'anglais américain et encore moins le français vous savez.
- Votre … mari … Le bouffi se penche toujours plus sur Nygma, plissant les yeux pour mieux le regarder, il ressert un verre au couple. Selina s'alerte, il faut que le français détourne son attention.
- Mon mari. La jeune femme attrape le visage d'Edward entre ses mains, les yeux clos, Selina dépose ses lèvres sur celles de Nygma. La femme-chat offre un spectacle à l'homme d'affaire un baiser langoureux qui le fait rougir, tandis que Selina, elle, ne pense qu'au fantasme de son époux pour les porte-manteau. Une fois décollée des lèvres du rouquin, la jeune brune dépose son regard sur le français, au bord de la crise d'angoisse.

- Nous sommes venus pour cette horloge, vous savez…
- Oui oui. Si vous voulez, Sandra… murmure le bouffi en s'approchant de la jeune femme dangereusement tout en servant encore un verre à Selina, je peux vous la montrer en exclusivité. Vous et moi, face à cet objet rarissime d'une valeur inestimable… Je sous dirige l'exposition, j'ai donc les clefs des salles, dont celle de l'horloge, bébé.
Dégoûtée, Selina tente de sourire naïvement, ses grands yeux verts mimant une attitude bêtasse à souhait.

- Mais en échange, reprend le français en remontant son pantalon et regardant Edward, j'aimerai une danse avec cette beauté divine.
A peine eut-il fini sa phrase, que déjà, Miss Kyle se retrouvait dans ses bras, son verre de nouveau plein à la main. Ses mains s'attardèrent très vite sur la croupe de la jeune femme qui, tentait désespérément de les lui faire remonter. Celui-ci ne déchantait pas, il glissa ses doigts boudinés dans la robe de Selina par son dos nu. La pauvre demoiselle souriait, malgré tout. Malgré le pire qu'elle puisse imaginer en plus du regard libidineux de Nygma si il la voyait avec un porte-manteau. Elle tenta d'ailleurs, de lui lancer des regards d'appel à l'aide mais rien. Etait-il encore sous le choc de patin ? Aucune idée, mais elle commençait à voir trouble, elle distingua difficilement le verre encore plein d'Edward.
Selina reprit ses esprits et décida alors de passer à l'action, ses mains se glissèrent sur le torse grassouillet de monsieur, elle déposa sa joue contre la sienne.

- J'ai quitté ma femme il y a quelques mois, vous savez, j'ai besoin de quelqu'un qui a de la prestance, une femme qui a du charme et du caractère. Le français colla Selina contre lui, manquant de la faire tomber. Vous savez, une femme qui aime prendre des décisions mais qui aime s'occuper de son mari, dans tous les sens du termes… vous comprenez. J'aime les femmes. Le type était tellement plus petit que Selina, que son nez était collé contre les seins de la demoiselle. Vous êtes une lady incroyable Sandra, je ne comprends pas ce que… vous faites avec… vous voyez ce que je veux dire.
Selina acquiesça.

- Vous savez, mon mari et moi ce n'est pas très sérieux…
- Peut-être cherchez vous de la compagnie alors ? Pour passer… du bon temps entre adulte….
- Vous avez tout compris… Selina s'approche de type, se penchant, charmeuse sur lui. Le but ? Attraper le trousseau de clef qu'il y avait dans sa poche, qu'elle troqua contre son bracelet en toc. Cependant, j'ai… besoin de … euh… parler à … Ed… Ja… mon époux. Pour savoir si… si… si il a ce qu'il faut pour les enchères.
- Les enchères ?
Selina était déjà partie. Titubante, elle se traîna jusqu'à Edward, ses lèvres se posèrent de nouveau sur celles du rouquin puis, elle se laissa tomber dans ses bras.

- Son champagne est… alcoolisé… beaucoup.
La femme-chat n'avait cependant pas perdu l'habitude de cacher ses clefs dans son décolleté. Le français, commença à revenir à la charge, le sourire jusqu'aux oreilles en voyant que sa victime était à présent plus très lucide.


fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Sam 28 Fév - 17:08

« je pense qu’il serait préférable de remettre vos ‘négociations’ à plus tard… »
février, année une
Je n’avais nullement envie de me retrouver face à cet énergumène, mais je n’avais pas eu le temps d’avoir mon mot à redire là dessus que je me retrouvais à mimer des sourires aimables à un porc qui dévorait ma prétendue femme du regard.
Mon verre se remplit, mais je n’y touche pas… A vrai dire, je n’ai jamais tenu l’alcool. J’évitais d’en consommer le plus possible, sinon je finissais par tituber en essayant de faire croire au monde entier que j’étais en pleine possession de mes moyens.

Selina nous présente et le regard circonspect du commanditaire m’arrache une grimace dégoutée. Je peux faire semblant, mais j’ai une limite à la proximité…
- … mon mari est un collectionneur Irlandais. ll ne parle pas beaucoup l’anglais américain et encore moins le français vous savez.
Irlandais.. ? Je me débats avec moi même pour me souvenir des intonations des accents irlandais… Ca allait, je devrais pouvoir faire illusion. Malgré tout, j’adresse un sourire forcé à Selina… Sous entendu « Quand tu en auras finis avec tes idées à la con… »

Seulement, à peine allais-je ouvrir la bouche qu’elle fond sur moi.

Qu’est-ce qui se passe, pitié.

J’ai la tête qui tourne, je ne respire plus. Ca ressemble à ça la mort ? Je sens surtout que mes joues ont changé de couleur et que je dois finalement être aussi rouge que roux.
Je pose légèrement mes dents contre ses lèvres dans le but de la faire reculer…
Je ne pense pas que ce soit la pression de mes dents ou mon attitude nigaude qui l’ont poussé à me lâcher, mais je tarde à reprendre mes esprits. Selina Kyle, la femme-chat, celle qui fait tourner la tête de tous les hommes qui la regardent marcher, venait de m’embrasser.

J’en tirais une sorte de fierté timide. Un sourire idiot flottait sur mes lèvres et monsieur le français me ramena bien vite à la réalité.
- Mais en échange, j’aimerais une danse avec cette beauté divine.
Je n’avais pas vraiment mon mot à dire avec elle.
J’ouvre la bouche, hébété, presque sur le point de m’étrangler. Bien sûre, faites comme-ci je n’étais pas là… Quel con ce type.

J’aurais préféré détourner la tête devant ce spectacle écoeurant. Les doigts gras du français se baladent contre Selina, si bien que je tire la langue, comme si j’allais être prêt à vomir.
Je captais son air suppliant, mais je ne pouvais répondre qu’en haussant les épaules d’un air démuni. Tu t’es fourré là dedans toute seule ma belle… Et je n’étais pas le plus doué pour coller ma main dans le museau des autres. J’articule distinctement un silencieux « Cou-ra-ge. » avant de  tremper mes lèvres dans ma flûte de champagne.

Seul avec moi même. Et ma coupe. Je glisse une main dans ma poche en battant légèrement du pied au rythme de la musique. Pitié Selina, dépêches toi, je n’ai pas envie de passer ma soirée à perdre mon temps.

Je l’entends revenir au bruit de ses talons légèrement désordonné. Ma mine se défait quand je constate que le champagne lui est monté à la tête. Dites moi que je rêve…

Elle dépose un nouveau baiser contre mes lèvres que je n’esquive pas, lui rendant une certaine douceur pour conserver l’illusion du couple. Et probablement par plaisir, mais elle se laisse aller dans mes bras sans que je m’y attende…
Je manque de la laisser tomber et la rattrape finalement au dernier moment avant qu’elle ne s’écrase lamentablement par terre. Qu’est-ce qu’il ne fallait pas faire…
- Son champagne est… alcoolisé… beaucoup.
- Permets de douter de nouveau de ton professionnalisme, mon amour…
Dans son décolté, je capte la dorure des clefs… Oh, ma belle… Je la resserre contre moi et glisse deux doigts entre ses seins pour en extirper la clef et les mettre dans ma veste, l’air de rien.
- Ca, chérie, c’est à moi…

Récapitulons… j’avais la clef. je savais où était l’horloge… A cette allure, la plupart des gens seraient ivres avant même que l’on ouvre la salle.
Sauf que j’avais une chatte ivre dans les bras, un dragueur récidiviste sur le dos et une flute pleine.
- Tu vas devoir te faire pardonner, tu ne me facilites pas les choses… murmurais-je à l’égard de Selina en la redressant contre moi.

D’abord, le récidiviste. Je tends la main qui tient la coupe vers lui, le défendant d’avancer un peu plus vers nous et change mon accent en cet horrible accent chantant qu’ont les irlandais.
- Navré, mais mon épouse a des… Problèmes de santé qui l’empêchent de tenir longtemps une soirée.
- Je peux la conduire dans un endroit où elle…
- Non, je le coupe net, presque agressif, bien que nous soyons un couple très libre, je pense qu’il serait préférable de remettre vos ‘négociations’ à plus tard…

J’aurais été sot de croire qu’il lâcherait le morceau si facilement. Surtout pour un joli morceau qui trônait entre mes bras. Je sais ce que tu penses… Qu’est-ce qu’elle fout avec un gars comme moi, mais regarde toi… Tu me dégoutes.
Bizarrement, la rancoeur me monte à la gorge. Je me sens vexé et bafoué pour des raisons stupides. Je ne supporte plus de passer à côté, o d’être le gamin dont on peut rire facilement. Comme d’habitude. J’avais une revanche à prendre sur la vie, une aigreur malsaine qui m’empêchait prenait parfois le pas sur mon discernement.
L’homme bedonnant frotte ses mains moites contre ses poches et s’approche un peu plus, prêt à arracher Selina de mes bras. Insolemment, je repose ma flûte sur le plateau d’un des serveurs présent à la réceptionner. Mes mains étaient libres, j’en glisse une dans la poche intérieur de ma veste où ma canne attend patiemment de la rejoindre.
Rétractable, elle avait l’avantage d’être emmenée partout… Et je ne partais nulle part sans. D’un geste sec, la canne se dévoile, sa poignée dans le creux de ma main.
- Je vous conseille d’éviter de revenir sur l’honneur de mon épouse.
- Cette canne… marmonne t-il en louchant sur la canne qui effleurait désormais son menton.
Je ne prends pas la peine de répondre, la rabat vers moi et entraine Selina aussi vite que possible dans la nuée de la foule.
- Le prochain coup, je t’abandonne toi et ta croupe.

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com
avatar

« Selina Kyle »
You know what Miss Kitty ? I feel so Meow ♥


Messages :
232
Localisation :
Gotham, Crime Alley.
Emplois :
Cambrioleuse aux griffes d'aciers ♥
Leit motive :
Diamonds are the girl"s best friends ♥

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Dim 1 Mar - 1:10


If you wear that Velvet Dress

Edward Nygma & Selina Kyle
I don't know about you, Miss Kitty, but I feel so much yummier.


Seuls des bourdonnements résonnaient dans la tête de Selina, elle reconnue très vite la voix d'Edward. C'était contre toute attente qu'elle réussi à comprendre que ce dernier la sauvait d'une nuit d'Enfer avec le français raide dingue amoureux de son postérieur. Lui dire merci. C'est tout ce que réussi à retenir son esprit embué par l'alcool. Elle distinguait à peine les faciès des gens en face d'elle, il n'y avait que la tignasse rousse de Nygma qui ressortait du lot. La femme-chat papillonnait des cils, essayait avec ténacité de reconnaître ceux qui l'entourait. Soudain, elle entendit quelqu'un frapper une autre personne, elle sentait le bras d'Edward nerveux, pire, elle le sentait complètement énervé. Alors que ce dernier ai tiré la jeune femme dans la foule, la jeune brune se retire, elle attrape de nouveau le bras de Nygma et le train encore vers le type. Déterminée, Selina enfonce son ongle dans la joue du français.

- Je ne vous permet PAS de DOUTER de mon mari ! Espèce de … de… Non mais ! Vous vous croyez beau garçon avec cette bedaine et votre moumoute sur la tête ? Hein ? Ce type là ! S'exclame t'elle en pointant son doigts vers le pauvre Eddy, est BEAUCOUP plus charmant et … et .. sexy que vous ! Compris ?! Et je. Ne. Suis. Pas. Un. PUTAIN de bout de viande ! Compris ?
Violemment, Selina se retourne et traîne son mari de la soirée à l'autre bout de la salle. C'était sûrement l'un des rares moments héroïques de la jeune brune, défendre son partenaire cambrioleur. Elle n'aurait jamais fait ça si elle n'était pas ivre morte, à vrai dire, elle aurait préféré se moquer d'Edward aussi, bien que le physique de l'homme d'affaire était loin de la perfection. Finalement, elle aurait sûrement tendu une perche au rouquin pour décrédibiliser son ennemi du soir. Son regard faiblard croisa celui d'Edward, difficilement, elle susurra un : «Merci pour m'avoir sauvée d'une nuit avec le gros lard…. Chaton. Je… Je vais aller me passer de l'eau sur la figure histoire de me remettre les idées en place. »
Direction la salle de toilette, qui se trouvait non loin de la pièce dans laquelle ils étaient et de la pièce où l'horloge les attendait. Selina se posta devant un évier et admira son reflet déroutant.

- Tu sais chéri, je te revaudrais ça hein, vraiment. Dit-elle en passant sa main dans ses cheveux noirs, après tout, tu aurais très bien pu me laisser à ce type, tu as les clefs, tu as presque l'horloge. Tu n'aurais pas eu à me payer.
La jeune femme plongea ses mains dans l'eau froide et se la passa sur le visage, son maquillage coula légèrement, elle dégaina crayon khôl et mascara de son sac à main.

- Je sais comment nous allons entrer dans la pièce de l'horloge sans nous faire avoir. Il va falloir faire diversion, j'ai déjà ma petite idée. Par contre, il va falloir se grouiller. Il y aura sûrement une alarme ou un truc du genre. Elle étala lourdement le crayon sur ses yeux, les cernant de noir. Tu n'as pas l'air d'être un roi du mensonge l'intello, pas vrai ? Ajouta t-elle en lançant un regard amusé à Nygma, t'inquiète, je m'occupe de tout pour que tu te retrouves face à ton horloge. Ils n'y verront que du feu et s'affoleront comme des poulets. Ah, mes années de pute m'auront servies à quelque chose au moins, je sais mentir comme une reine ! La femme-chat étira ses cils longuement, son mascara à la main, j'ai commencé à me vendre quand j'avais seize ans, j'avais besoin de thune pour ma frangine et moi. Comme j'étais mineur, il a fallut que je trompe mon âge pendant deux ans. J'ai arrêté ces conneries il y a trois ans quand j'ai vu que le vol me rapportait plus de fric à la fin du mois. M'enfin, je suis restée proche de mes anciennes collègues, c'est d'ailleurs l'une d'entre elle qui m'a dit où tu te cachais.
Selina eu enfin fini de recouvrir son visage de maquillage, elle retourna se blottir contre Edward afin de retourner dans la salle principale. La jeune femme se glissa avec son compagnon jusqu'à un type qui avait tout de l'italien parfait. Petite moustache, il parlait avec les mains et était en train de phaser devant un petit four fait de pâtes.

- Mon Dieu ! Hurla Miss Kyle en pointant le type du doigt, cet homme est armé !
La foule commença à courir dans tous les sens, les gardes sautèrent sur le pauvre homme déboussolé. C'était LE moment d'entrer dans la pièce. Selina laissa la joie à Nygma d'ouvrir la grande porte discrètement, rapidement, ils se retrouvèrent en plein face à face avec l'horloge.
Les pupilles de la femme-chat triplèrent de taille, ses onglets se remirent à labourer le bras d'Edward.

- Non d'un …
Des diamants, des dorures finement travaillées, des pierres précieuses qui draguaient la jeune femme avec beaucoup trop d'enthousiasme. Le tic-tac de l'antiquité la fit vibrer, elle souffla sur la mèche de cheveu qui venait de s'étaler sur son visage. Selina leva les yeux, de vieux colliers égyptiens trônaient fièrement, tout comme les tableaux anciens, accrochés aux murs.

- Tu sais Chaton, me retrouver en face à face avec ta foutue horloge et tous ces machins qui brillent en ta compagnie, ça me donne des envies un peu...libertines. Murmura la jeune femme, ébahie devant tous les objets dont le scintillement se reflétait dans ses yeux. Selina ne savait se contrôler face à des objets de valeur, ses mains malaxaient toujours le bras d'Edward et ne semblaient pas vouloir le lâcher. Son regard fini par réussir à se détacher des merveilles pour se balader sur les murs et le sol.

- Trêve de cochonneries, bien que… ouais. Non. Pas devant l'horloge de Louis truc machin croix bâton. On a des alarmes et autre sécurités à la con à trouver.


fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Dim 1 Mar - 20:51

« tu me fais mal, chérie… »
février, année une
- Charmant… et sexy…
Je n’ai pas l’impression d’avoir retenu le reste de sa phrase, mais elle parlait de moi. De moi ? Vraiment ? Moi, Edward Nygma ? Le rouquin chétif. On parlait bien du même ? Bêtement, alors que la minette éméchée m’attrape par le bras pour me trainer dans la salle d’eau, j’adresse un signe de main fière au dragueur raté. Cette même main rattrape une coupe de champagne dans laquelle je prends une gorgée. J’y avais le droit.

Isolée du reste de la salle, Selina se rafraichit. Sage idée, je ne me sentais pas le courage de devoir la porter à un bras le restant de la soirée et filer avec une horloge sous le bras.

- Après tout, tu aurais très bien pu me laisser à ce type, tu as les clefs, tu as presque l’horloge. Tu n’aurais pas eu à me payer.
- Une claque me suffit, Selina, j’ai retenu la leçon…
Au moins, je n’aurais pas eu de remords. J’esquisse un sourire en m’adossant à l’énorme radiateur dont la robinetterie était en or. Si ce n’était pas malheureux d’en mettre jusqu’ici… Ils donnaient de la confiture aux cochons.

Un bras replié en sirotant la flute que j’avais volée, je la regarde en coin se maquiller, elle avait la main lourde, mais ça lui allait bien. J’assimilais ses dires, absorbé par le moindre de ses gestes. Elle m’arrache un rire amusé pour les mensonges… mais il se fane bien vite.
Elle parle de ses tristes années à faire le tapin dans rue de Gotham et, honnêtement, je n’ai pas particulièrement envie de l’entendre me parler de ça.
- J’ai commencé à me vendre quand j’avais seize ans…
- Selina, s’il te plait.
Je pose une main sur son épaule pour l’interrompre.
- Je suis un très mauvais psy’, chérie.

Son maquillage terminée, je vide ma flute, manquant de m’étouffer par une nouvelle attaque affective. Elle n’apprendra donc jamais ? Ou peut-être que j’avais l’air d’être une peluche… la faute à mes cheveux.

Tout se passe vite… Ou c’est mon esprit embrumé qui en avait l’impression. Des cris, les clefs, la porte et nous étions bien vite face à l’horloge.
Les yeux pétillants devant l’horloge - et à cause du champagne - je lâche un profond soupir d’émoi.
Je sens vaguement les ongles de Selina me lacérer les bras, mais je ne ressens pas grand chose.
- Tu sais Chaton, me retrouver en face à face avec ta foutue horloge et tous ces machins qui brillent en ta compagnie, ça me donne des envies un peu… libertines.
J’esquisse un sourirent n’écoutant que d’une oreille ses commentaires.
- Désolé d’oublier tes courbes, celle-ci est bien plus aguicheuses… répondis-je en survolant de la paume de la main l’horloge, tu me fais mal, chérie…

Je constate que ma manche est complètement froissée par le mouvement de ses mains, mais peu importe. De ma main libre, je lui indique les cameras de surveillances et les détecteurs de mouvements ; deux caméras au plafond, quatre derrière les colonnes de gauche et des détecteurs de mouvements dessus des deux immenses fenêtres.
- Si tu comptes emmener d’autres choses, les détecteurs sont sur les socles… mais pour ce qui est de cette beauté…
Je tire une longue aiguille de ma poche intérieure et me penche contre le détecteur de l’horloge.
- C’est moi qui m’en charge…

Soudain, avant même d’entreprendre le moindre sabotage, je relève la tête, hilare.
- Eh, ça me fait penser… Un homme de cent cinquante kilos est sur un pont qui peut en supporter deux cents. Un homme, de l’autre côté lui annonce que le pont ne peut supporter que deux cents kilos. L’homme sur le pont répond « D’accord, merci. » le pont lâche. Pourquoi ?

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com
avatar

« Selina Kyle »
You know what Miss Kitty ? I feel so Meow ♥


Messages :
232
Localisation :
Gotham, Crime Alley.
Emplois :
Cambrioleuse aux griffes d'aciers ♥
Leit motive :
Diamonds are the girl"s best friends ♥

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Dim 1 Mar - 22:16


If you wear that Velvet Dress

Edward Nygma & Selina Kyle
I don't know about you, Miss Kitty, but I feel so much yummier.


Il pouvait bien parler. Selina n'avait d'yeux que pour cette horloge. Ses aiguilles lui faisaient de l’œil. Non Selina, tu as dit que tu serais une bonne fille ce soir. La jeune femme balance ses cheveux sur son épaule, Edward lui propose de s'accaparer les bijoux qui s'offrent à elle, la belle brune ne peut pas y résister. De sa démarche féline, Selina s'approche d'un collier égyptien, une parure d'or et de diamants, elle s'arme des ses griffes pour mettre hors d'état la sécurité. Minutieusement elle dépose le bijou à son cou, lui ravivant ce minois. Ses grands yeux brillent aux éclats des diamants, les bracelets y recouvrent ses bras, les colliers s'entassent. Selina passe un collier en or autour du cou d'Edward alors que celui-ci vient de lui lancer une blague. La jeune brune réfléchi tout en dévisageant le rouquin.

- J'en ai strictement aucune idée. Car le type de cinquante kilos est venu le lui dire en face ?

Les ongles peints en noir de la femme-chat se posent délicatement sur l'horloge. Son regard miroite. Son cœur bat la chamade. Ses doigts fins tremblent tandis que ses yeux suivent le balancier de l'horloge. Ses pensées se font mauvaises. Oh Selina, tu es tellement appâtée par un peu de dorure, on t’achèterai avec une poignée de diamants. La jeune femme secoue la tête. Voler ce qu'elle devait voler lui avait apporté pas mal de problèmes déjà, refaire la même erreur serait débile. La dernière fois, cela lui avait coûté la vie. Selina fait la grimace. Mais en y pensant, le Riddler n'était pas connu pour son côté terrifiant et malfaisant. Mais en y pensant, l'idée était mauvaise, Selina ne savait pas qui se cachait réellement derrière ce beau garçon. Elle préféra retirer ses mimines de l'antiquité qui ne savait pas s'arrêter de lui faire de l’œil.

- Je te laisse le collier Edward, ce sera en souvenirs de moi. Hum ? Chuchota la demoiselle en déposant un baiser sur la joue du trentenaire. Nous avons passé une soirée formidable tous les deux, je m'en souviendrai. Selina lui offre un clin d’œil charmeur, avant de commencer à partir vers la fenêtre, facilement, elle grimpe sur l'énorme radiateur ancien aux motifs floraux. En quelques secondes, Selina ouvre la fenêtre à l'aide de ses griffes en acier, qu'elle glisse dans le loquet. Un tic résonne dans la pièce. Les deux grandes portes de la fenêtre s'ouvrent faisant voleter la crinière de Mademoiselle. Elle marque un temps d'arrêt, semblant réfléchir. «Oh voyons, j'ai tellement envie de l'emmerder. De jouer un peu avec, il va devenir aussi rouge que ses cheveux. Allez. Qu'il soit ma pelote de laine.»
Miss Kyle mime un ronronnement sourd, elle se pose sur le rebord de la fenêtre, jambe croisée comme une lady attendant son thé et ses biscuits. Tout en légèreté, la femme-chat se repose sur le sol, ses talons aiguilles claquent. Sensuellement, la femme-chat se dirige vers l'Homme Mystère, elle lui lance un regard provocant. Ses mains se glissent sur lui, son visage s'approche du sien.

- Nous devrions fêter ça chéri, qu'en penses-tu ? Murmure Selina en déposant encore ses lèvres sur celles d'Edward. La jeune femme l'embrasse de façon passionnée, même si entre ses mains, le rouquin tient l'horloge, la jeune brune le pousse avec ses lèvres contre le mur d'en face. Elle lui mord la lèvre et commence à déboutonner sa chemise, lentement. Ses dents se dépose délicatement sur son cou alors que la cravate de Nygma vole. Le regard émeraude de Catwoman croise celui de son partenaire, elle glisse ses bras autour de son cou et continue de jouer les sulfureuses. La chatoyante lady recule légèrement, laissant l'une des bretelles de sa robe de velours descendre, elle agresse du regard le rouquin, laissant les mèches sauvages de ses cheveux envahir son visage angélique. Après avoir donné un autre baiser au Sphinx, Catwoman pose sa joue contre la sienne.

- J'ai envie de jouer, Darling. J'ai trouvé ce petit cambriolage beaucoup trop facile pour quelqu'un comme toi… qui se prétend si… intelligent… Chuchote t-elle d'une voix suave. Oh… Je suis un si mauvais chaton tu sais, j'ai juste besoin d'un peu… d'amusement !
D'un mouvement vif, la femme-chat griffe le tableau qui se trouvait juste derrière Edward, activement l'alarme qui se mit à sonner à tue-tête, Selina offre un sourire mesquin à son partenaire avant d'attraper l'horloge.

- On se retrouve chez toi, bébé, tu pourras me dire pourquoi le pont à cédé ! S'exclame t'elle alors que la sirène braille encore plus fort, rapidement, la jeune femme saute par la fenêtre, disparaissant dans l'ombre de la nuit. L'Homme Mystère pouvait se faire du soucis, Selina ne l'attendra pas toute la nuit.


fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Lun 2 Mar - 21:16

« Salope. »
février, année une
- J’en ai strictement aucune idée. Car le type de cinquante kilos est venu le lui dire en face ?
- Naaan… harangue-t-il en secouant la tête

Il relève les yeux de son travail, interrompe son oeuvre. Qu’est-ce qu’elle fabriquait, exactement ? Il plisse les yeux, sévère alors que les doigts de la voleuse parcourent le butin. Son butin. Il sent la vibration impatiente de son envie, l’excitation naissante. Le voleur roux suspend son geste sans plus la quitter des yeux, attentif au moindre de ses gestes. Nan, chérie… C’est à moi.
- Sage décision… murmure-t-il, lorsque les doigts de la voleuse quittèrent enfin la belle horloge.

Prêt à faire sauter la sécurité, un baiser se pose sur sa joue. Le génie incompris releva la tête, étonné de son départ si soudain. La belle ouvre la fenêtre, prête à partir. Son parfum traverse la salle, balaye le visage du rouquin,
- C’est un peu maigre pour un au revoir, chat sauvage…
Elle ronronne… Un sourire amusé prend Edward. Il croise les bras, comme attendant la suite…
Il ne s’attend à elle qu’à demi. Il la devine, mais ne s’en remet pas. Il n’aurait jamais cru être dans les petits papiers de Mlle Kyle. Oh non… les ratés ne vont pas avec les femmes fatales, il l’avait apprit il y a bien longtemps. Il louche sur les lèvres de la belle qui emprisonnent les siennes.

Passionné, trop vrai pour qu’il puisse seulement y croire… Elle arrache ses mains à son trésor par un baiser. Tu n’es pas naïf Edward, mais tu restes un homme. Tu as beau essayer de t’éloigner de son emprise, tu réponds à son baiser, malgré tout.
Tu te surprends même à balader tes mains sur elle… Oh, Edward, tu n’es pas sage en compagnie des femmes, c’est bien pour ça que tu les détestes à ce point… Elles mentent. Elles t’ont toujours menti. Elles ont joué avec toi et t’ont blessé. Tu n’aimes pas être blessé, Edward.
- Je ne te la laisserais pas, si c’est la question que tu poses.

Le génie rattrape ses lèvres, saisit la nuque de la belle. Il n’oublie pas son horloge. Il sait que c’est pour elle qu’il est venue. Pour elle que Selina est là… Et pour elle qu’elle est contre lui maintenant. Il arrache son visage du sien, lève le menton pour échapper à son baiser. Elle lui mord le cou, il arrachant un soupir de plaisir, malmené par le bon sens qui lui restait.
- Abandonne, elle est à… moi…
Face à lui, la belle dénude son épaule, le laissant pantois. Les lèvres pendantes, il la regarde, comme s’il avait regardé son horloge. Il remet sa merveille dans son champ de vision, lorsque Selina murmure à son oreille :
- J’ai envie de jouer, Darling. J’ai trouvé ce petit cambriolage beaucoup trop facile pour quelqu’un comme toi… qui se prétend si… intelligent. Oh… je suis un si mauvais chaton tu sais, j’ai juste besoin d’un peu… d’amusement !

Le bruit strident de l’alarme fait sursauter le génie, le ramenant à la dure réalité du cambriolage. Il crache entre ses dents, se mord la lèvre en secouant la tête.
- T’es vraiment une…
Le prince serre la main, se retenant de lui accorder une brassée d’insulte. Son esprit se remet en marche.
Naïvement, il tente de la devancer, jetant vainement sa main vers l’horloge qui disparait presque aussitôt avec elle.
- On se retrouve chez toi, bébé, tu pourras me dire pourquoi le pont à céder !
- Tu le regretteras Selina !

Réfléchis, Edward, Réfléchis. La chemise débraillée, le roux recule en arrière et balaye la salle du regard. Les alarmes sonneraient encore longtemps, mais il restait un petit détail qui lui permettrait de sortir de là… Si ces messieurs dames l’acceptaient sans broncher.

Il se précipite pour arracher un Cabanel du mur, généreusement prêté à Gotham pour l’occasion. Samson et Dalila. Une pièce d’une collection privée… Une pièce qu’on ne voyait plus depuis longtemps… La grande porte s’ouvre à la volée, mené par la sécurité du musée et le GCPD.
- Plus un geste !
Edward relève les yeux, feignant d’en avoir bien peu à faire de leur ordre. Ses doigts se baladent contre le tableau.
- Allons, allons… Vous ne prendriez pas le risque de trouer un Cabanel. Ce serait criminel, messieurs.

La peinture comme bouclier, il recule d’un pas, alors que le GCPD prend la salle de part en part…
- Oh, on se fixe ! leur crache-t-il en reposant ses doigts contre la peinture inestimable, réfléchissez à vos actes ! L’horloge n’est plus ici et je ne suis pas le voleur de cette soirée !
Il pousse un long soupir courroucé en jetant un regard discret vers les différentes caméras.
- Votre mère ne vous a jamais dit qu’il ne valait mieux pas vexer les fous.
- Ne tirez pas, les gars !

Le Sphinx eut un sourire satisfait. Une chose d’acquise. Une voix qu’il avait eu l’occasion d’entendre brisa l’affrontement. Le français libidineux avait décidé de faire entendre sa voix. Vous choisissez toujours mal vos moments, vous… Grandes gueules.

- Edward Nygma, j’en étais sûre !
Le prince des puzzles s’accorde une courbette gracieuse en dessinant un ballet dans l’air de sa main droite.
- Eh bien, comme vous êtes perspicace ! Je pensais que ma canne vous aurez mis la puce à l’oreille.
- BOUGE PAS NYGMA !
Une arme se charge, agaçant le prince. Le menacer n’était pas une bonne idée… Agresser une oeuvre non plus.

- Je ne crois pas, non… Vous ne voudriez quand même pas que, vexé, j’en ruine une seconde ? Quelle honte de laisser un Cabanel sous si peu de surveillance…
Il les aurait au bluff. Edward ne se permettrait pas de blesser une oeuvre de cette valeur. Il n’aimait pas le bluff, il n’aimait pas le gout du hasard, mais il avait apprit que souvent, cette méthode portait bien mieux ses fruits. Tromper l’ennemi pour mieux le prendre à revers.
- Je vous dirais peut-être qui a pris l’horloge…
- Arrête de jouer et POSE CETTE PUTAIN DE PEINTURE.
Le roux grimaça, se frottant une oreille contre l’épaule.
- Quel langage…
Deux autres armes se chargèrent. Il avait presque traversé la salle qui donnait sur une autre.

Ce qu’il savait, c’est qu’en cas d’alerte, de grandes portes blindées sépareraient les deux salles. Contre les incendies, les inondations et… les voleurs. Sauf que lorsque le voleur le savait, cela lui profitait.
Parler lui avait permis de reculer suffisamment pour atteindre l’alarme qui déclencherait les portes blindées. Une agression contre et elle se dresserait.
- Vous ne devez probablement pas connaître l’énigme de Samson…
- Dernier avertissement Nygma. Pose le tableau et les mains en l’air !
- Quoi de plus doux que le miel et de plus fort que le lion ?

Sans plus de cérémonie, il donne un grand coup de coude à la sécurité, jette l’inestimable Cabanel au sol, s’arrangeant pour le faire glisser sans en abimer la moindre partie et roule en arrière.
La porte blindé le frôla de près. Trop prêt, mais il était sauf. Seul et sauf.

Le souffle court, à plat dos, il entend le rebond des balles contre la porte.
- Le lion avait une colonie d’abeilles dans le ventre, marmonne t-il avant de rouler sur les genoux.
Le temps était compté. Il balaye ses genoux et se précipite vers l’autre entrée pour en bloquer l’entrée avec une porte blindée. Il pousse un profond soupir et évaluant d’un coup d’oeil.
- Tu me le paierais, Selina. D’abord l’horloge, mais tu paieras.

Le petit prince se craque les doigts avant de jeter un oeil vers les cameras. Pas le temps de trainer, il n’avait pas la possibilité de les hacker d’ici. Il n’aimait pas les évasions, il n’aimait pas que les plans tournent contre lui et surtout, surtout… il n’aimait pas qu’on se joue de lui.
Un long jeu de piste se déroule dans le musée, courir à travers toutes les pièces, en rasant les angles morts de cameras, en recalculant sa trajectoire par rapport à la sortie la plus proche. La fenêtre, très peu pour lui… il n’avait pas l’intention de se casser un genou, surtout pas du deuxième étage. Ventre à terre, à quatre pattes. Refaire tomber une porte blindé. Court-circuiter les sécurités… Le temps passait et jouait contre lui… mais finalement, il tombe sur la coure intérieur du musée.

- Je t’en ferais manger des fêtes, Selina… Salope. Tu m’embrasses encore une fois, je te couds les lèvres.
Il soupire, l’épaule contre l’épaisse barrière de fer forgée à essayer de crocheter la porte.
- Allez, lâche…
Il se refusait d’être vulgaire comme il se refusait à se laisser aller à l’agressivité. Il n’avait pas le droit à l’erreur et pas le droit d’écouter sa rage. Pas maintenant. L’heure avançait… Un peu trop probablement, au bout de quelques minutes, la porte lâche, se laisse aller pour lui offrir la sortie.

Maintenant… Retour à la maison.
Trempé, essoufflé. Il se traine jusqu’à Crime Alley, des mèches rousses lui retombant sur le front. Il pensait qu’il serait capable de l’étrangler, mais il se rappela qu’il était déjà incapable de contrer une clef de bras, alors arrêté une femme… Il passe une main nerveuse dans ses mèches rousses, glisse l’aiguille dans la serrure pour la faire lâcher et donne un brusque coup d’épaule dans la porte.
- SELINA !

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com
avatar

« Selina Kyle »
You know what Miss Kitty ? I feel so Meow ♥


Messages :
232
Localisation :
Gotham, Crime Alley.
Emplois :
Cambrioleuse aux griffes d'aciers ♥
Leit motive :
Diamonds are the girl"s best friends ♥

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Mar 3 Mar - 0:15


 
If you wear that Velvet Dress

 
Edward Nygma & Selina Kyle
I don't know about you, Miss Kitty, but I feel so much yummier.
-Trop facile. Catwoman riait, alors qu'elle venait de se poser sur le toit du bâtiment d'en face. Oh, elle savait très bien qu'Edward allait s'en sortir, elle voulait juste rire un peu. Bah oui, vous savez la vie de criminelle cambrioleuse n'est pas toujours une aubaine alors, autant en profiter quand l'occasion se présente. C'était méchant, elle l'avouait. Elle se retourna et observa la fenêtre de laquelle elle venait de sauter puis… se remit à rire. Pauvre garçon ! La jeune femme s'empresse de caser l'horloge dans son grand sac à main, entre les diamants et des bijoux de fortune. La femme-chat hésitait à complètement planter Nygma et rentrer chez elle avec l'antiquité et les parures mais, comment expliquer ça à Maggie ? Selina serait prise sur le fait. Délicatement, la jeune brune dévale la façade du bâtiment, se trouvant dans une petite ruelle où un clochard l'observe, abasourdi.

- Allons chéri, murmure t'elle en lui tendant une paire de boucle d'oreille de valeur, fais toi plaisir, c'est Noël avant l'heure.
Selina en profite pour se rhabiller. C'est que Nygma aurait bien fait des choses pas très catholiques dans cette salle ! La jeune femme sourit en y repensant, elle ne le pensait pas comme ça, lui qui tremblait comme une feuille juste à cause d'un malheureux baiser. Elle passa sa main dans ses cheveux, les dégageant de son visage, la femme-chat déposa ses grandes lunettes noires sur son nez. Son sourire parfait se repose sur ses lèvres rouge carmin, Selina s'enfonce dans les rues de Gotham, direction Crime Alley.

D'un pas assuré, la lady traverse le quartier. Des policiers traînant dans les rues l'observent, oh non pas pour la taille étrange de son sac à main et, ça elle le savait bien. Le charme et la séduction, la clef de toute réussite pensait-elle. Charmer ce pauvre Edward fût si facile, elle ne pensait pas qu'il se ferait prendre au piège si facilement, lui grand maître de l'intelligence, c'est ce qu'on dit.
Enfin arrivée à Crime Alley, Selina retrouve la puanteur des rues et le paysage sinistre qui s'offre à elle. Finalement, elle regrette les beaux quartiers. Edward gagnait un point à l'y avoir emmené. Oh non, la jeune femme n'avait pas voulut être méchante avec lui, son horloge elle n'en voulait pas tellement, c'était surtout les bijoux qui l'intéressait. Cependant, elle espérait que Nygma ai de quoi la payer. Sur le chemin, Selina croise Holly, toujours en train d'attendre le client. Pauvre gamine, c'est encore bien plus jeune qu'elle fût jetée à la prostitution, bien trop jeune d'ailleurs. La femme-chat s'approche d'elle, discrètement.

- Salut belle demoiselle, je t'achète avec un collier de perles, pour t'emmener au pays  des merveilles.
- Selina…
La belle brune glisse un collier de perles dans le soutien-gorge trop grand d'Holly, celle-ci bave devant l'objet.
- C'est ton Nygma qui t'as trouvé ça ?!
- Ouais.
- T'en as fait quoi ?
- Je lui ai fait une petite blague, si il te demande où je suis, dis lui que je l'attends.
La jeune prostituée rigole. Selina retrouve l'appartement de son partenaire et crochète sa serrure. C'est le bordel ici et surtout, ça sent le garçon seul. La demoiselle lève les yeux au ciel. Pour se faire pardonner, la lady lui offrit un brin de ménage et étala ses trouvailles sur son lit, dont l'horloge. Selina en profita même pour la dépoussiérer un peu. Pauvre petite chose, tant convoitée et même pas entretenue. Le temps passait et le pauvre Edward n'était toujours pas rentré, ennuyée, Selina envahi la douche du rouquin pour se remettre de sa soirée… torride. Son parfum de douche sent mauvais, mais elle s'y fait. Heureusement, elle se trimbale toujours un parfum doux et mielleux dans son sac. Enroulée dans une serviette blanche, la jeune femme regarda de travers ce qui traînait dans les papiers de l'Homme-Mystère, ce qui l'intéressait surtout, c'était ce qu'il savait d'elle. A vrai dire, si elle pouvait lui dérober tout ce qu'il avait sur sa vie, venir ici ne lui aurait pas servi à rien, bien que la seule raison était Maggie. Ah. Maudite sœur. Si jamais Maggie apprenait que Selina était Catwoman, la cambrioleuse aux doigts de fée, ce serait l’hécatombe et Dieu seul sait comment réagirait la jeune sœur de la braqueuse féline. Ses cheveux trempés gouttent sur les feuilles de Nygma, Selina se jette dessus avec la première chose qu'elle trouva pour essuyer toute trace suspecte de son passage ici.
Tout à coup, la porte s'ouvre. La voix charmante et délicate d'Edward visiblement très content de la blague de Miss Kyle résonne dans l'appartement, Selina lui répond par un petit rire étouffé. A moitié nue, la serviette autour du corps et les cheveux trempés, la jeune femme se dévoile, un grand sourire aux lèvres.

- J'adore quand les hommes hurlent mon prénom, chéri.
Répond t-elle d'une voix amusée. Dangereusement, la demoiselle s'avance, exagérant sa démarche féline. Pieds nus, elle laisse ses traces de pas sur le sol à cause de l'humidité de sa peau laiteuse.
- Oh voyons, Edward. Ne soit pas fâché contre moi, je savais que tu serais assez intelligent pour t'en sortir, murmure t-elle en enlaçant le cou du Sphinx avec ses bras, puis si tu t'étais fait prendre, je serai venue te chercher, je ne suis pas si vilaine que ça, voyons.
Selina attrape la main de Nygma et le tire jusqu'à la chambre, aucune arrière pensée, bien sûr. Elle lui dévoile tout ce qu'elle a pu voler durant la soirée, parures égyptiennes, trois petits tableaux, des bijoux par dizaine et même le collier qu'elle avait vu en arrivant, puis enfin la montre en or du français. Mais enfin, l'horloge est là.

- Tu vois, je n'ai pas été un si mauvais chaton… Ed chéri. Je t'ai même gardé un petit cadeau.
Délicatement, Selina se penche vers ses affaires pour attraper un porte-feuille bien rempli, dont quelques billets s'échappent sur le sol.

- Tiens, Minou. Voici tout ce que tu veux savoir sur ton copain grassouillet à moumoute mangeur de baguette française. Tu as ses papiers, ses clefs de voiture et surtout… tout l'argent qu'il avait sur lui.
La jeune femme finit par tirer la carte bleue de l'homme d'affaire d'entre ses seins, elle ta tend à Edward, un sourire aux lèvres.

- Mais je veux quelque chose en échange Edward, je veux savoir tout ce que tu sais sur moi et sur Maggie.
Selina s'allonge sur le lit, observant avec passion l'un des objets de valeur qui se tenait à côté d'elle.

- Je n'aime pas trop ça, tout ce que je sais de toi, c'est que tu es adorablement timide et colérique et, malin. J'ai cru comprendre que ce que tu savais de moi allait plus loin que mes mensurations, n'est-ce pas ?


 
fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Mar 3 Mar - 2:33

« Elle t’aime tellement qu’elle prendrait tous les risques pour toi. »
février, année une
- Tait toi, par pitié, TAIT TOI !
Il claque la porte derrière lui, faisait vibrer les murs, la respiration saccadé. En la voyant approché, il recule, se cogne contre le mur, tend une main pour l’éloigner de lui.
- Tu ne me TOUCHE PAS !
Oh, comme tes paroles sont vaines Edward. Tu tentes de te convaincre toi-même, mais tu n’y parviens pas.
Il claque mollement le bras qui vint entourer son cou
- Oh voyons, Edward. Ne soit pas fâché contre moi…
- Pas fâché !? J’ai failli ruiner un Cabanel à cause de tes CONNERIES !
- Je savais que tu serais assez intelligent pour t’en sortir.
Subitement, Edward se radoucit, grinçant des dents puis, il poussa un grondement audible en détournant la tête.
- Et puis, si tu t’étais faits prendre, je serai venue te chercher, je ne suis pas si vilaine que ça.
- Tu es odieuse, capricieuse, vicieuse et manipulatrice. Alors permets-moi de douter de ta fidélité.

Elle l’entraine dans la chambre, sans qu’il ne cesse de râler, relâchant la tension qu’il avait accumulée. Et qu’est-ce que tu fais encore là ? Et c’est quoi cette odeur ? Tu peux arrêter de ruiner mon parquet !?
Les soupirs cessèrent progressivement, lui coupant le souffle. Ses yeux d’habitude si mornes s’écarquillèrent, reflétant les pierreries dans ses yeux.
- Oh.

Il relâcha doucement sa main, s’avançant à pas légés vers l’horloge. Il retira sa veste, la jeta dans un coin de la pièce, déboutonna les manchettes et remonta ses manches sur ses avant-bras. Libre de pouvoir saisir la merveille, il se pencha vers elle, caressant son cadrant sous verre.
- Elle est encore plus belle sur mon lit…
- … Ed chéri.
- Edward.
Simple formalité. In ne supportait pas qu’on diminue son prénom.

Il accepta de ne plus être qu’à son horloge, balaya tout les trésors sur son lit et observa le portefeuille.
- Je n’ai jamais autant aimé ce type… déclara t-il, un rictus moqueur au lin des lèvres.

Edward rendit à la donzelle les billets, ouvrit le porte feuille pour parcourir rapidement des yeux.
- Ses clefs de voiture et surtout…

Le sphinx leva le trousseau de clefs, accroché autour de son annulaire. Mh… Pourquoi pas !
- Tout l’argent qu’il avait sur lui.
Il relève les yeux et saisit la carte bleue. Il lit une fois le numéro. Relève les yeux, le répète dans sa tête et vérifie. Très bien, il l’avait retenu. Il lui tend de nouveau la carte, refermant les doigts de la brune autour. Garde-la, puce. J’en ai pas besoin…

- Mais je veux quelque chose en échange Edward
Il repose les clefs, hausse les sourcils et pose une main sur la table de chevet.
- Je veux savoir tout ce que tu sais sur moi et sur Maggie.
- Ah oui, rien que ça ?

Il passe une main sur son visage en s’éloignant du lit. Très bien… Il lui dirait. Une partie. D’une main négligente, il joue avec l’ouverture de sa chemise qu’il n’avait pas pris la peine de refermer quand la belle l’avait prit d’assaut. Elle s’allonge, mais contrairement à elle, il s’adosse au mur, appuyant alors volontairement du coude sur l’interrupteur des plafonniers. La pièce était presque plongée dans la pénombre, seule les lumières orangées filtraient sur le corps de de belle sur le lit. Des raies de lumière la zébraient, ne laissant entrevoir que certaines parties de son corps.

- Moi, colérique ? Uniquement si on me vexe, chérie… déclara t-il, non sans un sourire dans la voix. Si je peux calculer d’un coup d’oeil tes mensurations, j’ai dû chercher un peu plus loin tout ce qui te concernait. Des orphelinats à tes copines de trottoirs. Tu n’es jamais allé à l’Orphelinat avec ta soeur, pourtant, de nombreux dossiers ont été ouvert au nom de Selina et Maggie Kyle. Tous conjointement avec les altercations de ton père avec les forces de l’ordre. Ca été plus compliqué, mais j’ai fini par retrouver le cahier des charges du Tribunal.
Edward marqua une pause, lui déclarant avec la voix la plus posée et douce qu’il avait les détails de sa vie.
- Tu n’es pas resté longtemps en foyer, mh ?

Le silence était ponctué par le tintement de l’horloge. Ses diamants miroitant à la lueur orangée du dehors.

- Ta soeur ne traine pas souvent dehors. Le moins possible. Elle sait pertinemment que tu n’es pas tendre. Tu voles pour elle, naturellement. Pour la préserver de l’horreur qu’il y a dehors. Tu te prends pour une justicière ? C’est charmant…
Il haussa les yeux au ciel, les bras toujours croisés.
- Elle t’aime tellement qu’elle prendrait tous les risques pour toi. Quitte à se vendre à un odieux rouquin qui veut une horloge. Sauf que je sais que tu as une bonne âme Selina. Tu es moins égoïste que le reste des chats.

Il se décolla finalement du mur, retrouva le lit et tira sur un collier antique dont il estima le millénaire… Il l’examina à la lumière des lampadaires, le faisait miroiter et le déposa finalement à plat contre le cou de la minette.
- Qu’est-ce que tu veux contre l’horloge.. ?


(il est 2h30. Je suis un fou)

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com
avatar

« Selina Kyle »
You know what Miss Kitty ? I feel so Meow ♥


Messages :
232
Localisation :
Gotham, Crime Alley.
Emplois :
Cambrioleuse aux griffes d'aciers ♥
Leit motive :
Diamonds are the girl"s best friends ♥

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Mar 3 Mar - 13:50


If you wear that Velvet Dress

Edward Nygma & Selina Kyle
I don't know about you, Miss Kitty, but I feel so much yummier.
Tu n'aimes pas ça hein ? Ton regard enjôleur se transforme en regard méchant et sinistre, tu l'observes avec tant de haine que tes lèvres rouge se pincent. Bien qu'il se trompe sur certains passages, il en sait déjà trop. Les orphelinats, bien sûr qu'elle les a visité. Tanières à rats. Ses doigts se crispent sur le drap qui recouvre le lit, elle aimerait tellement que ce soit le cou du rouquin à la place d'un simple tissu. Calme-toi, Chaton. La dernière fois que tu as tué quelqu'un, c'était au même sujet. Il en savait trop, bien que savoir quelques anecdotes sur toi ne t'atteignait pas, juste le fait de savoir que ta sœur existe suffit pour t'agacer.
Selina ne répond à rien, elle se contente d'observer Nygma, elle mordit tellement ses lèvres qu'une goutte de sang se forma. Elle n'aime pas ça. Ce soir c'est elle le jouet de qui on sait tout. Son père ? Une ordure. Il aurait dût crever dans son vomi comme la mère. D'ailleurs, elle n'a jamais su ce qu'il était devenu.
Soudain, la jeune femme se crispe. Comment savait-il que Maggie ne sortait pas ? Tous ses muscles se contractent, son souffle se fait lourd et saccadé. Si elle le pouvait, Selina lui briserait le cou. Le ton cynique d'Edward a le don de l'énerver. C'est limite si elle s'était arrêtée de cligner des yeux pour mieux le dévorer seulement avec son regard. Alors que le jeune homme se pose à côté d'elle et en profite pour lui étaler des bijoux autour du cou, Selina réagit au quart de tour après qu'il lui ai posé une question dont concrètement, elle n'avait rien à faire pour l'instant. Elle avait d'autres chats à fouetter.
Violemment, la jeune femme saute sur le Sphinx. Lui crochetant les poignets avec ses mains, elle lui plante presque ses ongles dans la peau, se fichant totalement de la serviette qui menaçait de tomber.

- Je ne me prends pas pour une justicière, Nygma.
Rétorque t-elle d'un ton agressif. Je survie. Comme je le fais depuis bien longtemps. Je ne suis pas comme ces guignols qui pensent aux autres avant de penser à leurs proches ou ces débiles qui tuent juste pour s'amuser. Et je suis encore moins une cinglée qui cherche tout ce qu'elle peut savoir sur quelqu'un.
Selina se redresse, elle réajuste la serviette dans laquelle elle est enroulée et tente de se calmer. Il le fallait. La demoiselle osait espérer qu'il ne lui cherche pas des noises, elle se posta à la fenêtre et observa ce que celle-ci lui offrait. Des bâtiments noircis par la pollution, des passants agacés, des prostitués et des pauvres gosses qui se faisaient tabasser pour un peu d'argent. Tout ce qu'elle voulait, c'était protéger sa sœur, rien de plus. Une idée lui effleura l'esprit. Doucement, la jeune femme tourna la tête, ne regardant Nygma que du coin de l’œil.

- Je… J'aurais peut-être besoin de tes services, Edward. Sa voix était froide, seulement, je veux pouvoir te faire confiance.
La demoiselle secoua la tête, se voir ainsi, pleurnicharde et triste comme la pluie lui donnait la nausée. Elle dora son visage d'un sourire fin. Il fallait jouer de ses charmes pour obtenir ce que l'on veut, ça, Selina le savait bien. Allons Selina, tu sais mieux jouer les séductrices que les drama queen. Tu le sais.
Alors, tu te diriges vers le rouquin que tu avais laissé, offert sur un lit sonnant comme un plateau d'argent. Oh, tu lui volerai bien une once d'innocence pour ce soir en échange de quelques services. La femme-chat se pose délicatement à califourchon sur Nygma, l'empêchant de se relever, elle colle son index sur les lèvres de son partenaire pour l'empêcher de parler.

- Ce que je veux contre l'horloge ? Facile pour toi, chéri. Murmure t-elle, charmeuse comme jamais, tu n'auras pas à dépenser un sous. Quoi que. Quelques dollars ne feraient pas de mal à mon frigo. La demoiselle plonge son regard félin dans celui d'Edward et laisse la serviette glisser le long de son corps, Oh, je ne te demande pas grand chose, Kitty.
Maintenant allongée sur le rouquin, Selina passe sa main dans la crinière rousse ébouriffée de l'Homme Mystère. Délicatement, celle-ci laisse sa langue râpeuse se glisser sur les lèvres d'Edward. Lentement, Selina se redresse, faisant miroiter la lumière sur sa peau blanche, alors qu'elle retrouve ses sous-vêtements, celle-ci ajoute :

- J'aimerai que tu détruises tout ce qui est trouvable sur Maggie, Edward. Dit-elle en accrochant son soutien-gorge, non sans un peu de gêne dans sa voix, je veux qu'elle disparaisse. Acte de naissance informatisé, papiers, dossiers, tout ce qui est trouvable à son sujet. Quant à toi… Selina bouscule Edward une nouvelle fois sur le lit. Garde tout ce que tu sais pour toi. Je me fiche un peu que tu saches ma vie, je pourrais te la raconter autour d'un verre si tu veux, il faut juste avoir l'estomac bien accroché, chéri. Mais si jamais ô grand jamais tu vends des informations sur ma sœur et surtout sur son existence, tu regretteras très vite mes langoureux baisers et ta possibilité de balader ton regard libidineux à souhait sur moi. C'est bien compris ?


fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Mar 3 Mar - 21:26

« Je suis très dur en affaires. »
février, année une
Edward hoqueta de surprise, brusquement coincé entre les mains du chat sauvage. Une plainte rauque trahit la douleur de l’emprise. La peau fragile et nue du rouquin s’écorcha sous les ongles de Selina.

Il ne lui répond pas, se contentant d’une respiration fielleuse. Quand comprendras tu, Edward, que les femmes et toi, ça ne marchera jamais ? Tu as beau savoir leur parler, il y a toujours un quelque chose qui rate. Au moins, ils étaient d’accord sur l’inutilité des justiciers à Gotham… Si ce n’est occuper son temps libre. « Encore moins une cinglée »
Il s’accorda un sourire mauvais et retrouva la liberté de ses mains. Le rouquin frotta ses poignets endoloris et glissa une main sous sa nuque, alors qu’elle se levait.

- Je… J’aurais peut-être besoin de tes services, Edward. Seulement, je veux pouvoir te faire confiance.
Confiance ? Il ne quitta pas le masque haineux qui s’était posé sur son visage. Il ouvrit la bouche pour lâcher un « Oh  ! » outré. Il avait passé la soirée à marcher dans son sens et c’est elle qui se permettait de le remettre en doute ?
Il se ferma au moindre de ses charmes, se mordit l’intérieur de la joue pour faire taire le moindre mot qui lui échapperait. Hormis un « Non. » catégorique et borné alors qu’elle grimpait sur lui.
Dommage Edward… Tu es faible devant une femme. Il suffit qu’elle pose son index contre tes lèvres qu’elle te fait sombrer dans un silence idiot.

Circonspect, le pauvre Edward ne bouge pas, il l’écoute attentivement, laissant à tout hasard son regard glisser sur elle. Mauvaise idée, très mauvaise idée… ! Il demande un baiser auquel elle ne répond pas, créant un lourd sentiment de vide dans sa pauvre âme malmenée.

- J’aimerais que tu détruises tout ce qui est trouvable sur Maggie, Edward. Je veux qu’elle disparaisse… Quand à toi…
Il se redresse, en ouvrant la bouche comme pour la défendre de continuer, mais se retrouve encore une fois cloué au matelas.
Une dernière menace, mais il n’en tremble pas. Il se contente de hausser un sourcil, autoritaire. Oh, chérie, ne le menace pas…
- Ce serait malvenue de t’en prendre à moi, Selina… Tu ne sais pas où les fichiers sommeillent. Je pourrais les partager en un claquement de doigt, les donner à tous ceux qui veulent ta peau…
Il déposa le bout de son doigt contre le haut de sa fesse, jouant de la situation.
- Mais… Il déplaça son doigt sur le nez de la chatte, la prévenant que ce n’était pas encore le moment de lui décrocher une claque, néanmoins, tu as ramené l’horloge et je peux pas te refuser une demande, mais il faut savoir une chose, une toute petite chose…

Le rouquin se reposa entre les oreillers, baladant ses doigts contre ses favoris, une moue enfantine sur le visage.
- Je suis très dur en affaires.
Allons, il y a bien quelque chose qui peut faire basculer sa volonté, Selina.

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com
avatar

« Selina Kyle »
You know what Miss Kitty ? I feel so Meow ♥


Messages :
232
Localisation :
Gotham, Crime Alley.
Emplois :
Cambrioleuse aux griffes d'aciers ♥
Leit motive :
Diamonds are the girl"s best friends ♥

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Mar 3 Mar - 23:59


If you wear that Velvet Dress

Edward Nygma & Selina Kyle
Why don't you do right ?



Très dur en affaire. Ce qu'il croyait. On ne résiste pas à Miss Kyle. Oh non, Edward, on ne se bat pas avec le regard de la femme-chat, ne fait pas mine de ne pas y prêter attention. Ses grandes prunelles vertes qui ne demandent qu'attention et châleur, tu peux essayer, chéri, tu n'y arriveras pas. Si cette déesse féline le veut, elle l'aura. Voyons Edward, ne te croit pas plus mâlin qu'elle en affaire, elle a un atout que tu n'as pas, un atout physique, un atout de charme auquel personne n'a encore appris à résister. Elle t'observe, ses yeux sont provocateurs, mauvaise idée Edward chéri, ne la menace pas, pour elle tu n'es qu'un jouet sous ses griffes, sa pelote de laine avec qui elle s'amuse si vraiment tu l'embêtes. Prends ton air enfantin, tu as raison. Tu es dur en affaire, Darling ? Ne ment pas, tu viens de le dire. Elle l'a bien retenue, elle te le ressortira juste par pur plaisir. Pur plaisir de te démontrer d'une manière peu orthodoxe que tu avais tord. Elle veut que tu fasses disparaître quelque chose, elle l'aura et, ce sera fait par toi.

- Allons beau garçon, te murmure t'elle en se redressant, il n'y a qu'à toi que je peux demander ce genre de choses. Le détournement d'information, c'est ton domaine, Honey.
Tu peux bien la regarder, c'est tout ce qu'elle te demande, Edward. Fixe-là. Voilà que ses longs cils papillonnent, son regard de biche percute le tien. Ses mains chaudes se glissent sous ta chemise, comme un chat, son corps se frotte contre le tien, voilà que son visage si particulier s'approche du tien. Fait attention surtout, si tu es le roi des puzzle et autres jeux, sache qu'elle est la reine de cœur.

- Tu peux être dur en affaires mon mignon, j'ai toutes les cartes en main pour te faire craquer. Voilà qu'elle effleure tes lèvres Edward chéri, son parfum ne peut que t’envoûter, c'est son préféré et, ses goûts en matière de charme ne sont pas contestables. Sensuellement, la belle Selina dépose tes mains sur sa taille, elle se redresse encore, balançant ses cheveux noirs, une de ses mèches s'échoue sur ses lèvres rouge carmin. Elle te regarde, provocante et aguicheuse, voilà que la Belle retire délicatement son soutien-gorge, te le jetant à la figure. Voilà qu'elle joue les fausses prudes, cachant sa poitrine avec l'un de ses bras. La lumière dévoile sa peau laiteuse et chacun de ses grains de beauté, tu pourrais t'amuser à voir ce qu'ils forment si tu les reliaient, elle ne broncherait pas. Mais ne mentons pas, elle et toi aspirez à autre chose, c'est sûrement pour cela qu'elle dépose ses lèvres contre les tiennes. Attrapant tes lèvres, tends l'oreille, voilà que la demoiselle ronronne. Sa petite langue râpeuse comme celle des chats agresse la tienne, tu pourras lui poser des questions sur cette bizarrerie plus tard, ce n'est pas le moment, voyons Edward. Voilà qu'elle t'attrape par les cheveux, continuant à t'embrasser, elle devait sûrement battre un record, celui de la femme qui t'aurais le plus embrasser depuis ta naissance.
La diva féline abandonne tes lèvres -pour le moment- et préfère visiblement te lancer des regards aguicheurs. Ses doigts se promènent sur ta chemise, continuant ce qu'elle avait prévu. Les boutons sautent, un par un. Oh, il ne manquait plus que ça n'est-ce pas ? Elle défait ta cravate, la retirant avec ses dents.
Tu ne pouvais pas espérer mieux n'est-ce pas ? Enfin, c'est ce que tu croyais. Selina descend du lit, te laissant seul. Seins nus, elle se poste devant la fenêtre et descend les stores. De se démarche féline, la ravissante femme-chat se pose devant toi, que prévoyait-elle ? Partir ? S'enfuir ?
Oh non, elle sait ce qu'elle veut et, elle l'aura. Elle est capable de tout, tu sais. Rien ne lui fait peur. Si il faut le faire, elle le fera. Souple, la demoiselle réussit à retirer son dernier vêtement tout en sensualité, tu pouvais bien te demander comment il était physiquement possible de faire ça. La voilà complètement nue, face à toi, elle te lance des regards charmeurs. Essaye encore de résister Edward, elle en est qu'au début.
Comme un serpent, la jeune femme se glisse sur toi de nouveau, les vêtements en moins. Tout en mordant ton cou, la belle brune s'autorise à défaire ton pantalon. Ne soit pas nerveux, voyons. Elle le sent et, cela ne l'arrêtera pas.
Ses cheveux te chatouillent, voilà que ses baisers descendent, descendent, descendent lentement, on dirait qu'elle prend une éternité juste pour descendre de quelques centimètres. Ca ne va pas assez vite pour toi ? Tant pis, ce n'est certainement pas son problème. Ses ongles dévalent ton torse, voilà qu'elle se stoppe, juste avant d'arriver au moment fatidique. La demoiselle s'allonge à côté de toi, entortillant ses doigts dans tes cheveux.

- Toujours pas convaincu, chéri ?


fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Mer 4 Mar - 13:32

« Demain. »
février, année une
- Quel genre de carte… ? murmure tu, en louchant sur les lèvres de la brune.

Les femmes ont joué avec toi toute ta vie. Tu sais qu’elle joue encore, juste pour obtenir ce que tu sais faire de mieux… Tu sais que ce n’est pas toi qui l’intéresses. Ca fait mal, mh ?
Tu sais qu’elle ne te voit pas vraiment… Elle voit ce que tu sais faire. Et pourtant, tu n’arrives pas à être lucide. Tu n’arrives pas à dire non.

Elle se déshabille, sous tes yeux charmés. Quand bien même voudrais tu regarder ailleurs, tu ne pourrais pas. Tu as probablement un regard de petit garçon dont Noël est arrivé avant l’heure. Clos ces lèvres Edward, tu vas finir par dire des bêtises.
Tu baisses d’un doigt le soutien-gorge qui vient de t’arriver sur le nez.

Tu amorces un « mh… » réfléchit. Elle ne te veut pas Edward, elle veut ce que tu sais faire. Ta conscience de brouille. Elle sait pertinemment ce qui se passe dans ta tête, du feu qui t’empêche de réfléchir. Elle te donne la fièvre quand elle t’embrasse. Tu lui réponds en saisissant sa nuque, tu l’attires à toi. Tu t’es perdu toi même, Edward.
Ca marche, ok je vais le faire… Je ferais ce que tu veux.

Mais ça ne quitte pas tes lèvres. Tout ce qui s’en échappe, c’est un gémissement étranglé dans ta gorge alors qu’elle s’arrache à tes lèvres. Tu tentes de les rattraper, tes doigts se serrent autour de ses mèches brunes.

Oh, comme tu as l’air perdu. Tes dents serrent ta lèvre que tu meurtris avec force. Tu saignes dès qu’elle quitte le lit, débraillé.
Reviens ! crie ton regard. Elle se déshabille un peu plus… t’arrache un sourire amusé. Tu aurais envie de jouer ? Tu ne sens pas le gout métallique dans ta bouche… Tu n’y pense pas.
Alors qu’elle attend devant toi, tu reposes une épaule contre le lit, l’incitant à venir de l’index.
Elle ne partirait pas comme ça, non…

Elle te mord, récolte un soupir tremblant. Il y a bien longtemps que tu n’as pas eu une déesse près de toi, Edward.
- Un homme averti en vaut deux… C’était ça… Le… la… balbutie Edward, avant de glisser dans un souffle rapide, pour le pont.
Tu lui voles un baiser pour te faire taire.

Qu’est-ce que tu racontes, Eddy ? Tu dis ça parce que ça te rappelle ta situation ? Tu sais ce qu’elle te réserve et tu vas lâcher ?
Tes nerfs cèdent. Tu as une fièvre trop dur à supporter. Elle s’arrête sur ton pantalon. Elle descend, lentement… Si lentement. Oh, Eddy, tu n’entends même plus tes propres gémissements étouffés.
Et tout s’arrête. Toi même, tu cèdes dans un grondement énervé. Les femmes sont vicelardes. Jusqu’au bout. Tu bascules, au dessus d’elle, saisissant entre deux doigts son menton que tu attires vers toi.

- Je le ferais. J’effacerais ta frangine de Gotham…
Tu l’embrasses alors. Furieux contre toi même… Le baiser s’arrête, subitement, lèvres contre lèvres, tu articules posément.
- Demain.

Oui, demain. Après cette nuit. Une nuit qu’elle te devait. Tu ne cèderais contre rien, oh non. Elle était là, trop prêt de toi. Tu passes ton bras sous cuisse, la remontant contre la tienne. D’une autre main, tu te débarrasses de tes habits. Tu la tenais.

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com
avatar

« Selina Kyle »
You know what Miss Kitty ? I feel so Meow ♥


Messages :
232
Localisation :
Gotham, Crime Alley.
Emplois :
Cambrioleuse aux griffes d'aciers ♥
Leit motive :
Diamonds are the girl"s best friends ♥

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Mer 4 Mar - 23:46


If you wear that Velvet Dress

Edward Nygma & Selina Kyle
Why don't you do right ?


Fais-moi mal, Eddy chéri. On se croirait dans un de ses vieux feuilleton, tu sais, quand enfin le couple de criminel se retrouve après une soirée de crime. Lui sur elle, elle lui crachant à la figure tout son désir pour lui. C'est comme si son plus grand rêve se représentait devant ses yeux, tu lui disais enfin ce qu'elle voulait : effacer Maggie. Elle ne veut pas grand-chose, elle ne rêve pas de produits conservateurs pour rendre éternelle sa sœur, oh non, elle demande juste qu'elle disparaisse. Tu vois ? Tu n'es même pas capable de voir à quel point cette lady cache bien son jeu derrière son attitude provocatrice. Elle a un bon fond. Elle pourrait même l'avoir avec toi tu sais. Il faut juste qu'elle te fasse confiance.
Tellement tu la rendit heureuse Edward, tu pouvais remarquer que le baiser que tu lui offris se fit plus intense, comme si elle voulait te remercier. Elle ne demandait rien de plus, demain ou tout de suite, tout ce qu'elle voulait c'était fêter ça. Alors que tu la tient fermement, la sirène t'offre un regard vivant, comme si la lady avait subit une transformation radicale. Comme si elle se montrait presque amoureuse de toi. Ses grands yeux verts te dévorent Edward, elle t'offrirait sa main juste parce que tu vas sauver sa sœur. Ses deux mains fines se glissent sur ton visage, son regard s'adoucit.

- Je ne saurais comment te remercier, tu sais. Je ne pensais pas que tu accepterais. Ses lèvres se glissent sur les tiennes, presque romantiquement, fais attention Edward, chuchote t-elle, il ne manquerait plus que je tombe amoureuse de toi.
Son téléphone sonne. C'est comme une Cendrillon que la Belle s’extirpe du lit, elle se glisse dans ta chemise et sort de la pièce avec le cellulaire.

- Maggie ? Qu'est ce qui se…
- Qu'est ce que tu fous encore Selina ?
- Je suis au travail tu le sais bi…
- Non. Holly m'a dit que tu étais chez un gars. Je n'ai pas réussi à savoir chez qui en particulier. Mais Selina, tu sais parfaitement ce que je pense. Tu n'es qu'une pute Selina. Tu comprends ça ?
- Maggie… je.
- Oh non. Je ne veux pas des tes explications à la con. Sérieusement, tu fous quoi là ?
- Maggie, chérie. Je te promets. Ce n'est pas quelqu'un de mal. C'est un vieil ami que j'ai croisé au travail.
- Mais il est deux heures du mat' Selina !
- Maggie. Ne t'en fait pas.
- C'est un dealer ?
- Non, je…
- Selina, je te jure. Je te jure que si tu te drogues encore, ça va mal se passer !
Le sang de Selina ne fait qu'un tour. C'est une vieille histoire tout ça.
- Maggie. Je… tout est fini avec ça.
- Ouais y a intérêt. J'irais pas encore te chercher en taule ou en désintox' tu sais.
- Maggie. Rassure-toi. Je vais bien, je ne risque rien.
La jeune fille semble se calmer, sa voix s'adoucit.
- J'ai peur Selina quand tu pars sans me dire vraiment où, je ne veux pas que tu…
- Maggie. Fais-moi confiance. Les chats retombent toujours sur leurs pattes.
- Drôle de façon de te définir, minette. Bon… Passe une bonne soirée. Je t'aime Seli'.
- Moi aussi, Maggie.
Le bip du téléphone résonne. Le rapprochement virtuel des deux sœurs se détruit, de nouveau. A présent, le cœur de la jeune brune doit balancer pour le rouquin. Ma pauvre Selina, alors que tu t'adôsses contre la porte de la chambre, tu pousses des petits cris de satisfaction.

- Ah, ma Maggie, dès demain tu seras protégée contre toutes les enflures de Gotham.
Murmure t-elle les larmes presque aux yeux. Tes idéologies sont telles, que tu penses que Edward est quelqu'un de bien. Tu penses que tu peux lui accorder une confiance inestimable. Il t'offre enfin le moyen de de sauver ta sœur.
Mi nerveuse, mi excitée, la jeune femme retourne dans la chambre, son regard se pose sur le génie du crime. Son esprit ne peut s'empêcher de produire une vision idéalisée d'Edward, elle le voit comme son sauveur, elle le voit comme son Dieu. Son regard félin semble t'admirer Edward. La belle retire ta chemise, la laissant lentement chuter sur ses reins, puis à ses pieds. Voilà que la lumière de la Lune l'éclaire, alors qu'elle n'avance que d'un pas. Un pas qui change tout, un pas qui t'offre une Selina montrée encore plus à son avantage. Mystérieuse et sensuelle. Délicatement, la demoiselle se glisse dans le lit, se déposant en toute volupté sur toi. Son baiser se fait passionné, encore plus que les autres. Son numéro de séductrice s'arrêta dès qu'elle passa la porte, quoi que, il s'arrêta surtout quand tu lui glissas ta promesse.
Découvre comme elle est plus belle et plus charmante quand elle ne joue pas un rôle, Catwoman s'est enfuie pour le reste de la soirée, laissant place à la divine Selina Kyle. Elle ne semble plus pouvoir se décoller de tes lèvres, ses bras fins t'enlace, son regard profond attrape le tient.

- Où en étions-nous, mon amour ?
Murmure t-elle tout en te caressant le visage, ses longs doigts se mêlant à tes cheveux. Amoureuse, elle l'est trop facilement. Voilà qu'elle s’offrirait corps et âme à toi, juste parce que tu vas sauver sa sœur. Il ne lui faut pas grand-chose hein ? Pour elle c'est tout. C'est tout ce dont elle a besoin pour se sentir paisible. Tu as gagné pour ce soir tout ce qu'elle peut t'offrir, une longue valse. Une longue valse d'amour et de cruauté.
La Belle t’entraîne dans sa chute, tu te retrouves au dessus d'elle, ses cheveux noirs entourent son visage doux, l'un d'eux s'échoue entre ses seins. Elle glisse ses mains contre ta nuque, laissant ses ongles dessiner de fines marques rouges sur ton cou, elle entraîne tes lèvres contre les siennes, retenant prisonnière entre ses dents de chaton l'une de tes lèvres. Enfin elle te lâche, ses doigts se retrouvent a caresser ton dos, elle te rapproche d'elle. Ses lèvres tout prêt de ton oreille, Selina te susurre des propositions qui -peut-être- pourrait être intéressantes.

- Qu'attends-tu, Edward ? Ta proie est entre tes griffes, ce soir, c'est toi le chat…
La jeune brune frissonne, très bas, presque de façon inaudible, son pauvre petit cœur pousse des cris, voilà qu'elle laisse entendre un «Je t'aime» si discret et si profond, que seul toi pouvait l'entendre.


fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Jeu 5 Mar - 1:03

« Aime-moi encore »
février, année une
- Je suis plein de ressources…
Lâches-tu en guise de simple réponse. Tu acceptais… un temps, oui. Tu la remerciais pour l’horloge… Mais tu aimes gagner. Tu veux tout contrôler. Absolument tout…
Elle pourrait tomber amoureuse de toi… Tu te permets rire devant cette proposition absurde. Voyons… En trente ans, personne n’est tombé amoureux de toi. Pourquoi elle ? Pourquoi elle s’amouracherait pour un rouquin qu’on appelle fou ?

Elle sort du lit, file de l’autre côté, portant tes habits. Naïvement, tu roules sur le lit, tendant l’oreille… Tu n’es pas quelqu’un de mauvais ? Ah oui ? Tu en doutes un peu, tu te permets de réfléchir. Tu n’es pas sage Edward. Tu n’obéis qu’à tes règles et tu ne permets à personne de rentrer dans ton monde… Tu brises tous ceux qui tentent d’y entrer, est-ce que tu regrettes ?

Pourtant, Selina est en joie. Pour si peu. Tu es presque satisfait de toi, mais tu n’as pas honte. Tu n’as pas honte des promesses que tu fais, même si tu sais que tu es capable de les revoir. Tu triches Edward, tu as toujours triché.

Lorsqu’elle revient, tu bascules sur les genoux. Selina est joueuse, tu le sais. Tu t’en méfie, toujours malgré tout. Tu ressens encore la griffure qui te barre la joue, encore rouge et ouverte. Selina est presque timide, tu inclines la tête sur le côté, comme pour évaluer sa sincérité, mais tu n’en sais rien… Tu n’as jamais su lire à travers les femmes.

Tu la recueilles contre toi, toute en volupté, comme si un animal blessé se cachait contre toi. Tu le prends ainsi… parce que c’est comme ça que tu le ressens. Tu savoures son baiser avec un sourire, tu commences à y prendre gout. Toi qu’on ne touche que par moments…

Au-dessus d’elle, des mèches rousses te balayent le front, tu sens ta lèvre déjà blessé se faire mordre à nouveau par les siennes. Elle marque ta peau, comme si tu lui appartenais. Oh, si tu savais, Selina, comme sa peau appartient vite à quelqu’un…
L’aguicheuse s’en prend à ton oreille, laissant ton imagination prendre le pas sur ta raison…

- Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux…
Tu te baisses contre elle, entre ses cuisses, pour la faire ronronner, avant de mordiller sa mâchoire.

- Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d’agate.

Lentement, tu saisis la main qui tantôt te griffait, pour déposer un baiser sur ses doigts.

Tu perds dans ses grands yeux, digne des pierres précieuses. Elle a changé de regard… Etrangement. Tu n’arrives pas à comprendre pourquoi. Tu ne veux peut-être tout simplement pas admettre.
Tu glisses ta main contre son poignet, proche d’une caresse pour la relever contre toi.

- Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,

Le bout de tes doigts parcours lentement sa nuque, d’une caresse si légère qu’elle était semblable à une morsure.
- Et que ma main s’enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,

Tu lâches un sourire joueur, en te mordant la lèvre.

- Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête,
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

Tu poses doucement tes lèvres dans son cou, y déposant une morsure qui marque sa peau.

- Et des pieds jusqu’à la tête,
Tu la repousses d’une main, la faisant retomber dans les oreillers.

- Un air subtil, un dangereux parfum,
Nagent autour de son corps brun.

Tu retombes sur elle, soupir tout près de ses lèvres carmin que tu observes un temps, avant d’y murmurer un doux « Aime-moi encore… »

Elle aurait tout le temps de le faire, toute une nuit…Tu enfermes doucement ses lèvres entre les tiennes. Une main sensuelle se glisse contre celle de la brune. Tu sais que tu as gagné… Tu n’as peur de rien. Pour une fois, on ne remarque que toi… Tu es le seul et l’unique.

Tu n’en reviens pas vraiment, en fait, tu adresses un bref regard à Selina. Un regard qui lui demanderait presque sa permission… Mais tu as gagné, Edward, ce n’est pas important.
Alors, tu te glisses en elle. Un soupir troublé file entre tes lèvres au point que tu en cache ton visage dans le creux de son cou. Oh Edward, tu pourrais presque lui dire que tu l’aimes…

Une de tes mains glisse sous ses reins, pour la cambrer contre toi.

Selina Kyle est à toi.

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com
avatar

« Selina Kyle »
You know what Miss Kitty ? I feel so Meow ♥


Messages :
232
Localisation :
Gotham, Crime Alley.
Emplois :
Cambrioleuse aux griffes d'aciers ♥
Leit motive :
Diamonds are the girl"s best friends ♥

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Jeu 5 Mar - 11:36


If you wear that Velvet Dress

Edward Nygma & Selina Kyle
Why don't you do right ?

Innocente. Tu l'es encore trop. Malgré ce que tu as vécu, l'oubli. La maltraitance, la main de ton père sur tes joues quand l'alcool lui avait tourné la tête. Tu frémis. Les regards de travers des mégères des foyers qui ne savait que te traiter de petite traînée. Tu trembles. A tout ceux qui te dévêtissait juste pour oublier. A ceux qui à qui tu avais accordé ta confiance mais que tu avais trahis. A ceux qui t'avais collé une balle en pleine poitrine. A celui qui venait de te vendre un rêve parfait à tes yeux de petite fille trop bien cachée sous son corps de demoiselle charmeuse. Tu te frottes au monde du crime avec une telle confiance en toi que tu oublies tes faiblesses. Tu n'es pas réellement quelqu'un de méchant. C'est ce qui te tue peu à peu, Selina.

Ses lèvres se déposent sur tes doigts, ornés de bagues. Tu louches tout de même sur lui, vérifiant qu'il ne te vole rien. Il reste un voleur, tout comme toi. Il vient déjà de te voler tes principes. Tu disais à souvent à Holly que l'amour, ça te passait bien au dessus de la tête. S'amuser était ta priorité. Ta sœur était ta priorité. Elle est ta faiblesse et, tu l'avais déjà bien trop dévoilé en demandant des faveurs à Edward. Mais il en savait trop. Il trouble tes pensées en te faisant tomber dans l'oreiller. Un instant, tu fermes tes yeux. Ne prêtant pas attention à ce que tu faisais. Quelque chose n'allait pas. Tu te raidis, était-ce une erreur ? Après tout, tu n'y connais rien en amour toi. Enfin, tu l'accordes à ceux qui ne le valent pas. Oh, malgré les coups, malgré les insultes, tu les aimais tes parents. Oh, malgré le fait qu'il soit un criminel, tu l'aimais ce cinglé.
Il t'attrape entre ses griffes, ce soir c'est toi le petit oiseau, tu lui appartiens. C'est toi la pelotte de laine Selina. La Belle se crispe, voilà qu'il te dérobe ce qu'il n'avait encore pas. Toi. Sa main se glisse dans le bas de ton dos, il te rapproche de lui. Tu ne bronches pas, tes yeux son clos, tes longs cils tremblottent. Tu laisses un léger soupire retenu se faire entendre. Tu sens son souffle chaud dans ton cou, alors tu laisses ta joue se poser contre sa tempe. Tes doigts agressifs se détendent. Tu n'effleures à présent le jeune homme qu'avec le bout de tes doigts. Tu te cambres. Ta peau est si froide contre la sienne.
Délicatement, tu te retournes, l’entraînant avec toi. Le drap tombe sur tes reins, tu te tiens droite devant lui. Les yeux mi clos, la bouche entre ouverte tu l'observes un temps, à califourchon sur lui, tes pieds gelés contre ses cuisses. Alors, c'est toi qui mène la danse. Ce tango sans fin que seul lui et toi pouvez apprécier ce soir. Tu frémis tellement. Lentement, tu attrapes son cou pour le ramener vers toi. La lumière fait briller ton collier de perles, l'une de tes boucles d'oreille s'est perdue dans le lit. Enfin face à toi, tu l'embrasses lentement, tout en continuant à te mouvoir avec un charme irrésistible. Tu déposes son visage au creux de ton cou, son menton posé sur ta clavicule saillante. Tes mains se glissent dans ses cheveux roux, tu les attrapent. Crispant tes mains, tu ne fais que trembler à chaque seconde. Tu laisses de longs soupires résonner dans la chambre, ta voix se fait plus claire. Tu baisses la tête, collant ton front contre le sien, vos nez se heurtent. Pour te faire taire, tu lui voles un baiser langoureux.

Oh, tu te rappelles bien de tes précédentes nuits sauvages, ça ne ressemblait pas à ça, tout du moins, tu t'en persuades. A vrai dire, partir au beau milieu de la nuit après ça, tu n'y pensas même pas. Quoi que. Il y a tant de dorures et des pierres qui t'appellent. Puis cette foutue horloge. Tu scrutas la pièce rapidement pour savoir où elle était rendue. Perdue des les draps ? Tombée ? Aucune idée. Tu trouvais ça étrange d'ailleurs qu'Edward ne soit pas en train de tout arrêter pour la chercher ou même la mettre dans un endroit où tu ne pourrais pas la trouver. Finalement, il n'était peut-être pas si aigri que ça. Cette pensée te fit sourire, même presque rire. Puis, tu vois l'horloge par dessus son épaule, la pauvre tangue au rythme des grincements du lit, posée entre les coussins. Tu te mets à rire doucement, tirant Edward vers toi, tu tombes de nouveau dans les draps en travers du lit.

- T'aurais-je fait oublier ta stupide horloge, Hm ? Murmure Selina, amusée. La pauvre, elle est si… Ses yeux se ferment brusquement, elle gémit doucement, si… seule.
Elle reprend son souffle, difficilement. Elle ne lâchera pas prise. Jusqu'au bout elle jouera les enjôleuses.

- Alors Edward, aurais-tu finalement préféré le charme du chat à celui d'un bijoux historique que tant d'hommes convoitent ? Ajoute-elle le maquillage de ses yeux commençant à fondre sous la châleur de l'instant, donnant un Selina un air sauvage qui lui allait tellement bien.
Ses lèvres se déposent délicatement sur celles d'Edward, tout en continuant de l'enlacer, son regard plonge dans le sien. La nuit risque d'être courte, pense t-elle un mince sourire aux lèvres.


fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Jeu 5 Mar - 17:51

« à t’aimer comme une dingue, prête pour toi à se damner. »
février, année une
Qui aurait cru que tu ferais un jour trembler Selina Kyle ? Tu aurais pu la piéger dans un jeu sanglant. Vous êtes dans un drôle de jeu. Un jeu auquel toi seul aurait écrit et dicté les règles, mais tu peines à croire que c’est ton oeuvre.

Tu regrettes que l’horloge ne soit pas venu plus tôt. De ne pas avoir eu besoin d’elle avant. Etrange. Toi qui te fiche éperdument d’être avec quelqu’un. Tu n’aimes pas la compagnie, tu n’aimes pas t’encombrer de quelqu’un. Pourquoi penser aux autres ? Pourquoi se demander ce qui arrivera après, Quand tu lui couperas les ailes ? Tu ne regrettes pas, Edward.

Elle a sur le bout de la langue ton prénom presque effacé. Son esprit l’a rejeté de sa mémoire, car la bringue et son amour l’ont épuisé.

Elle ne fait que frémir, t’ôte de la bouche des sourires surpris. C’est pour pour toi, Edward ; tout ses soupirs ont ton nom et ton odeur.
Tes mains s’attardent sur le haut de ses cuisses, tu empoignes la chair délicate de cette superbe brune. On dirait que tu cherches à être sûr de ce qui arrive. Elle t’attrape par le cou, où un soupir étouffé s’éteint contre ses lèvres.

Elle sent des boums et des bangs agiter son coeur blessé. L’amour comme un boomerang lui revient des heures passées à t’aimer comme une dingue, comme deux fous à lier.

Tu la serres contre toi. Tes mains s’enfouissent dans sa crinière sauvage. L’étreinte sensuelle à quelque chose de protecteur. La préviens-tu, de ce que tu lui réserves ? T’excuses-tu de ce que tu seras capable de faire ?

Sache que ce coeur exsangue pourrait un jour s’arrêter si, comme un boomerang, tu ne reviens pas la chercher. Peu à peu elle se déglingue, victime de ta cruauté.

Elle tremble contre toi, tu embrasses amoureusement sa pommette. Oh, Selina… Tu es un chat bien docile. On dit de toi que tu es sauvage. Pourquoi es-tu si douce ? « Je t’aime » ses mots effleurent ton esprit. Tu te laisses y croire, un peu.

Sache que ce coeur exsangue pourrait un jour s’arrêter si, comme un boomerang, tu ne reviens pas la chercher. Peu à peu elle se déglingue, victime de ta cruauté.

Elle a un rire sincère, innocent, auquel tu réponds sans comprendre. L’horloge ? Oh… Tu la lâches d’une main pour caresser le cadran froid du trésor.

- Je sais penser à plusieurs choses à la fois, chérie…

L’amour comme un boomerang lui revient des heures passées à t’aimer comme une dingue, prête pour toi à se damner.

Au dessus d’elle, tu accordes un bref regard à la pimpante horloge dont tu ne perçois plus le tic tac. Elle est bien mieux ici, oui… L’amour lui va mieux qu’un musée froid. Les lèvres de Selina se posent sur les tiennes, alors que tu regardes encore l’horloge. Que préfères-tu … ?

- Je gagne toujours deux fois… Une fois que je vole mes meilleurs cartes.

Toi qui fait partie du gang de ses séducteurs passés, prends garde à ce boomerang, il pourrait te faire payer toutes ces tortures de cinglés que tu lui fait endurer.

Elle est ta meilleure carte, de loin. Tu la remercies d’un coup de rein langoureux d’avoir été tienne pour une nuit, l’horloge pour seule témoin. Tu saisis d’une main le cou délicat de la demoiselle, frôlant ses lèvres et lui susurre posément…

- Et une autre parce que je suis le maître du jeu.

Sa raison vacille et tangue. Elle est prête à chavirer sous les coups de boomerang de flash-back enchainés. Et si un jour elle se flingue, c’est à toi qu’elle le devra.
Tes mains se posent sur ses poignets, les emprisonnant contre le lit un partie de ses mouvements. Tu soumets avec force ses mains. Tu cherches à provoquer ses gémissements autant que ses cris. Tu veux être la seule chose à laquelle elle pense.

- Je vole ceux que les autres convoitent… roucoules-tu contre ses lèvres, sans pour autant lui donner un baiser, et je me demande si tu n’es pas encore plus demandé qu’elle…
Probablement… Rares sont ceux qui ne veulent pas de Selina Kyle. Il s’en était rendu compte ce soir encore. Tous le monde la veut. Ils auraient voulu te la voler, l’arracher à ton bras, mais ce soir, elle est à toi personne d’autre ne l’aura.
Possessif, tu l’embrasses violemment. Tu la gardes, à toi, comme un trésor bien gardé. A cet instant précis, l’horloge n’a pas d’importance.

Tu es un homme jaloux et avide. Tu veux tout, tu veux qu’on ne voit que toi. Blessé trop souvent, tu ne laisses pas partir ce que tu as obtenus. Tu rends les coups qu’on te fait. Ta main desserre l’emprise que tu as sur son poignet, elle remonte, se pose dans la sienne. Vos doigts se rencontrent, se serrent et se lient. Tu lâches son autre main, griffe le long de sa cuisse. A leur naissance, tu la serres à nouveau, crachant entre tes dents un « Tu es à moi. » bestial. Tu crains presque que la pression de ta main ne lui fasse mal, elle en aura probablement des marques, mais ça fait partie du jeu. De l’instant sauvage et suave qui vous unit. Tu es possessif au point d’en sembler amoureux. Tu poses sur elle un regard captivant, tu te plonges dans le sien, intense.
- Je pensais que les chats n’aimaient que les diamants… ?

Tu cherches ses baisers, sans les lui rendre. Tu joues avec elle, tu veux lui arracher des mots qu’elle ne t’aurait jamais dits. Tu aimes soumettre, tu aimes qu’on te réclame, mais tu blesses ceux qui s’y risquent. Tu t’échappes quand tu deviens indispensable.
Tu es un mauvais garçon, Edward

Tu sens des boums et des bangs agiter son coeur blessé. L’amour comme un boomerang lui revient des heures passés a pleurer des larmes dingues d’un corps qu’elle t’avait donné.
Tu daignes enfin l’embrasser, tu saisis la belle à la gorge, sans abimer sa beauté pour la ramener contre toi, mais elle n’y restera pas. Tu la tournes, son dos contre ton torse. Tu mords son épaule en levant les yeux vers ses lèvres carmin dont le rouge à débordé. Tu parcours son corps, avant d’emprisonner de nouveau la gorge gémissante du chat entre tes doigts.
- Est-ce que tu volerais encore avec moi ?
Il lui sourit en l’attirant encore contre lui.
- Est-ce que tu serais prête à me voler du temps ?
Ton doigt se balade sur les lèvres rouges de la belle et tu inclines son visage vers le tien.

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com
avatar

« Selina Kyle »
You know what Miss Kitty ? I feel so Meow ♥


Messages :
232
Localisation :
Gotham, Crime Alley.
Emplois :
Cambrioleuse aux griffes d'aciers ♥
Leit motive :
Diamonds are the girl"s best friends ♥

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Ven 6 Mar - 0:55


If you wear that Velvet Dress

Edward Nygma & Selina Kyle
It's a game for a cat and, I'm the best at this game.
Pensées obscures. «Je gagne toujours». Selina aussi gagne souvent. Elle n'a perdu qu'une seule fois et encore, elle est toujours vivante. Elle trompe ceux qui doute d'elle, elle poignarde dans le dos ceux qu'elle ne sait pas apprécier. Elle pourrait réellement être quelqu'un de mal, mais il faudrait quelque chose qui la rende mauvaise. Pour l'instant, elle n'est qu'une survivante qui vit au jour le jour, elle vole comme elle respire juste pour sa petite sœur et son plaisir personnel. Elle aime tellement ça, se donner des airs de précieuse et de grande dame. On ne se doute pas que cette belle féline fût un jour dans le rue, à mendier et se vendre comme une dépravée pour avoir son bout de pain à la fin de la journée. Oh non. Miss Kyle porte des tenues aguicheuses, elle laisse ses diamants à voir, ils perlent son cou, encore ce soir, Selina n'abandonnera pas son collier de perles. Femme fatale. Elle l'est. Elle dévore n'importe qui, qui ose tomber entre ses griffes.

Tu es tellement sûre de toi, qu'il te dise que tu es convoitée te fais sourire. Tu aimes le savoir, après tout quelle femme n'aimerait pas se savoir convoitée comme un diamant rare ? Oh non tu n'es pas à lui, mais tu le laisses croire, juste pour quelques minutes, tu attends que ta proie te laisse la porte ouverte aux explications. Car oui, bien plus que lui a gagné, toi, tu gagnes plus. Tu sembles être joueuse autant que lui, ce rapprochement te plaît. Il essaie de te provoquer, il y arrivera, mais tu n'es pas impulsive. Oh non. Tu gardes dans le coin de ta tête tout ce qu'il a pu te dire, il attendra. Mais tu sens la fièvre monter alors qu'il t'attrape par la gorge. Il n'oserait pas. Tu dis lui accorder toute confiance mais en réalité, tu ne fais confiance à personne. Suante, tu analyses chacune de ses phrases, fermant les yeux à chacun de ses coups.

- Tu es si naïf, Edward. Ça te rend mignon ! Lâche la Belle en observant son partenaire du coin de l’œil.
Violemment tu te redresses. Tes genoux se fondent dans les draps, tes mains les cramponnent. Position féline, tu ne pouvais faire mieux, Selina. Pire, tu relèves ton buste, lui derrière toi, toi devant lui, tu es si petite. Tes bras se glissent à l'aveugle derrière sa nuque, tu l'observes toujours du coin des yeux priant pour que d'un brutal coup de reins, il ne te fasse chavirer. Tes cheveux noirs se frottent contre son menton.

- Allons, réfléchi mon chaton. Qui, réellement de nous deux, gagne le plus lors de cette soirée ? Toi et ta breloque ou, moi et mes bijoux, un peu d'argent et surtout… un beau garçon.

Tu attrapes ses mains, les déposant sur tes hanches. Délicatement, tu diriges ses doigts vers ton ventre, puis ta poitrine. Tu refermes ses mains sur tes seins, laissant tes mains sur les siennes.

- J'avoue, tu caches bien ton jeu, Edward. Tu enfouis sous tes airs de marginal étrange quelqu'un de bien plus… intéressant. Tu as du charme et tu n'es pas bête. Non. Au contraire, tu es très intelligent sinon, je ne serai pas ici, blottie dans tes bras, je suis une femme difficile tu sais.
La féline se penche, elle se cambre. Ses bras se glissent l'un contre l'autre contre le drap défait, elle relève juste sa tête, un sourire plaqué sur les lèvres.

- Tu m'offres déjà tellement, que je ne pourrais refuser de voler pour toi. Selina tourne légèrement la tête, ne laissant que son profil à voir, elle fait mine de ne pas le regarder levant les yeux au ciel. Mais si toi tu convoites ce que tout le monde veut. Moi je m'intéresse au mystérieux et, je te volerais ton pauvre petit cœur à la première occasion venue… Mais ne t'inquiète pas, je ferais tout pour ne pas le briser.
Elle fuit, se laissant tomber sur le ventre, elle se pose sur le côté et te pousse doucement, son pied sur ton épaule te forçant à te mettre debout face au lit. Oh Edward, elle ne perd pas de temps, tout de suite elle te rejoint, te jetant contre la porte close. L’envoûtante se faufile entre la porte et toi, te provocant du regard. L'une de ses longues jambes se dépose autour de tes hanches, elle t'invite à te glisser en elle, ses ongles s'enfoncent dans tes épaules qui la soutienne.

- Si toi tu es la logique, moi je suis le charme et, c'est dans mon domaine que tu essaies de me battre hn ? Rétorque la Belle amusée, sa voix se fait taquine. Elle est excitée, elle est veut jouer et ce, jusqu'à ce qu'elle te batte. Elle est téméraire, bien plus qu'elle ne laisse paraître. Elle fera tout pour te briser ce soir, même si elle doit y passer toute la nuit.
Doucement, Selina glisse ses mains dans les cheveux d'Edward. Elle réussi difficilement à ouvrir les yeux, elle veut de ses grands yeux verts, le provoquer autant qu'elle le peut.
- TU. Es à moi. Edward. Ne me cherche pas sur ce terrain là, chéri. Tu vas y perdre des plumes. Et les chats comme moi, chaton, dévorent les petits oiseaux comme toi.

Son sourire s'étire elle qu'elle essaie tant bien que mal de retenir un cri.


fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Sam 7 Mar - 1:53

« S'il y a une cure, je n'en veux pas. »
février, année une
La belle te laisse envisager son corps, le caresser, le faire tiens. Elle t’apprend à l’aimer, encore et encore. Tu détailles chacune de ses courbes, les étudie.

Elle se rend compte que tu n’es pas vraiment celui que tu prétends être. Voilà qu’elle te fait sourire, rire même. Tu presses un peu plus ta main, la forçant à cambrer un peu plus cette cambrure divine qui se dévoile sous tes yeux.

Voilà qu’elle prétend pouvoir voler ton petit coeur « Oh, vraiment ! » Selina s’échappe, loin de toi et de ton étreinte. Tu sembles si outré, Edward ! Tu seras prêt à l’empoigner par les cheveux pour l’obtenir à nouveau, mais elle te repousse, te force à lui obéir. Tu n’aimes pas ça…  Tu n’aimes pas qu’on te force, mais que fais-tu ? Tu recules, ton dos claque furieusement contre la porte. Le choc te provoque un râle profond.

Selina soumet ta peau à sa volonté, tu gémis en sentant son ongle, mais ta main se glisse sous sa cuisse, tu l’as fait grimper contre toi, à nouveau. Tu cherches ses lèvres, impatient. Elle t’a manqué n’est-ce pas ? Tu ne veux pas l’avouer, Edward, mais tu refuserais qu’elle file entre tes mains. Tu voudrais la voler, corps et âme, comme un précieux trésor.

Elle est le charme… Oh oui. Tu t’en rends bien compte. Son rire te réchauffe, elle te provoque, de nouveau, mais tu ne veux pas chavirer pour elle. Oh, non, tu le refuses. Tu la fixes, tu veux ses lèvres alors qu’elle te les interdit. Tu colles sa nuque contre la porte, tremblant. « TU. Es à moi. Edward… » Un gémissement puissant t’échappe, elle crie au même instant, tes doigts enserrent la nuque de la belle. Tu la portes contre toi, l’oreille contre ses lèvres.
Tu savoures chacun de ses soupirs, t’enivrent de ses cris. Elle est tellement belle quand elle s’abandonne que tu te félicites de l’avoir volé pour une nuit. Tu espères qu’elle dure encore, qu’elle se répète. Tu veux que chacune des siennes ne soit qu’à toi…

Oh oui, Edward, tu l’as veut. Tu mords son cou, la marque de coup de dent, tes mains rapprochent de toi les cuisses parfaites de la belle.

S’il y a une cure pour ça, je n’en veux pas. S’il y a un remède, je le fuirais. Je ne veux pas qu’elle s’arrête, oh non. Elle est douce à aimer, si douce.

Tu balbuties au bord de ses lèvres, lui offrant un amour à la hauteur d’elle… Du moins tu l’espères. Tu oses penser que tu pourrais la combler. Tu plonges dans ses yeux immensément beaux. « Vole pour l’éternité pour moi, Selina. S’il te plait…»
Tu aimerais voler le monde comme tu l’as volé ce soir. Si tu l’as seulement volé. Tu n’en sais plus rien… Es-tu réellement gagnant ce soir ?

Tu perds la raison pour elle. Tu l’attrapes par la joue, ne la soutenant plus que d’une main, tu clos ses lèvres contre tes lèvres, comme si ça semblait être la dernière fois que ça se produirait. Tu frémis contre elle, tes coups de reins se font plus doux, cesse. Tu halètes contre ses lèvres, ta joue glisse contre la sienne.

Tu la tient toujours contre toi. Tu as peur qu’elle disparaisse, comme si tu allais te réveiller. Ton regard se perd contre l’horloge qui continue de vivre, alanguit sur ce lit.
D’une main légère, tu caresses les boucles brunes de la belle, dégringolant dans son dos. Le tic-tac de l’horloge te parvient de nouveau aux oreilles.
- Les chats savent faire leur marque…
Ta voix est douce, tu ne veux rien briser. Tes cheveux roux se collent contre ses joues.

Tu te détaches de la porte, la porte jusqu’au lit avant de la relâcher au milieu des billets et des bijoux. Un baiser contre son ventre et tu reprends la sublime horloge contre toi.
- Je reprends mon amour, Darling…
Tu balades tes doigts contre la relique et l’emportes pour la poser dans un coffre dont seul toi connait le secret pour l’ouvrir. Elle sommeillera entre d’autres merveilles ; un métronome, des cadrans, des joyaux disparus… Tu n’en estime plus la valeur.

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com
avatar

« Selina Kyle »
You know what Miss Kitty ? I feel so Meow ♥


Messages :
232
Localisation :
Gotham, Crime Alley.
Emplois :
Cambrioleuse aux griffes d'aciers ♥
Leit motive :
Diamonds are the girl"s best friends ♥

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Sam 7 Mar - 13:21


If you wear that velvet dress

Edward Nygma & Selina Kyle

You know what, Miss Kitty ?
Dingue. Tu ne pensais certainement pas que ce mot te qualifierait un jour. Pourtant c'est ce que tu es. Dingue de lui. Mais aussi folle de rage. C'est pour cela que tes ongles s'enfoncent dans sa peau, il te fait très vite oublier que même la reine du charme peut se faire avoir. Tu venais de rayer violemment de ta tête l'une de tes principales loi, pour toi. Pour lui. Tout ceci n'est qu'un rôle, tu prends ton masque de femme fatale juste pour obtenir ce que tu désires, ni amour ni raison. La raison, il te l'avait fait perdre. Rapidement. Ses mains te font frémir que tu es comme un petit chat frileux dans ses bras. Quant à l'amour, tu te donnerais des coups de fouet pour oser ressentir cette chose abrutissante. Toi, Selina Kyle, fille haït, femme détestée autant que convoitée, tu t'attendrissais pour les belles paroles d'un criminel.
Problème est ton deuxième prénom, mais à la fin tu n'es pas si mauvais. Est-ce que quelqu'un peut me dire si c'est mal d'être folle de toi ?
Tu ne lui accorderais pas ce privilège. Tu le refuses. Tu aimerais tellement que ton pauvre petit corps arrêtes de parler à ta place, tu te sens trembler, tu te sens partir et pourtant tu aimerais que cela s'arrête. Tu te sens déboussolée, si aimer pouvait te rendre folle, voilà qu'on te jetterais à l'asile avec son odeur pour seule compagnie. Alors tu arrêtes de réfléchir, arrêtes donc. Tu ne sais plus profiter des instants Selina, tu as vieillit trop vite. Tu ne cesses de répondre à ses baisers que lui seul sait te donner, tu aimerais que jamais ce moment s'arrête. Tu veux briser le cadrant de cette horloge pour que son tic-tac affreux se taise. Perdue, tu regardes Edward avec un regard presque plaintif, te mordant les lèvres. Ton ronronnement lourd s'intensifie, et d'un coup de reins, il te fait hurler. Les yeux perlés de larmes, tu regardes vers le plafond, tes yeux se ferment, tu n'arrives même pas à lui répondre.

Difficilement tu ouvres les yeux, clignant doucement, tu l'observes baiser ton ventre, tu essaies de sourire. Il s'enfuit avec l'antiquité, tu lèves les yeux au ciel lorsqu'il l'appelle 'amour'.

- La prochaine fois fais l'amour avec elle, 'amour'. Rétorques-tu, amusée. Puis, la réalité te revient en pleine figure, ton téléphone sonne, tu files pour regarder en te couvrant avec la chemise que tu avais empruntée à Edward.
- Cat, c'est Holly. Ne sort pas d'où tu es, les mecs de ton petit copain qui t'as biser avec un flingue sont à Crime Alley. Apparemment, ils ont la main sur quelques dealers depuis le début de la semaine et font leur tournée. Ils ont buté deux nanas. Fais attention à toi. Holly parle si fort que sa voix résonne presque dans la pièce. Selina ne cligne plus des yeux, elle reste figée, de glas. Surtout, ne sort pas. Ils ne savent pas que tu es toujours en vie et mieux vaut qu'ils ne le sache pas. La jeune brune bégaye des «Mais...mais», elle n'a pas le temps d'en dire plus, Holly lui coupe la parole. Y a pas de mais, Cat. Sauve ta peau, reste où tu es. Je suis avec Maggie, elle dort, t'inquiète pas pour elle, ni pour moi. Compris ?
La Belle se raidit, hoquetant légèrement, la main devant sa bouche. Elle ravale sa salive nerveusement, elle est le petit animal traqué non pas pour sa fourrure, mais pour une erreur débile d'adolescente. La peur s'empare de Selina et si ils venaient ici ? Et si Nygma les connaissaient ? Dois-tu lui dire ? A genoux, tu essuies la naissance de tes larmes, tentant de retrouver ton calme.

- … compris. Ton estomac se tord, tu essaies de prendre sur toi pour que Nygma ne te sente pas stressée, mais c'est tellement dur. Holly parlait fort, il serait inimaginable qu'il n'est rien entendu, mais tu n'as pas envie de t'expliquer, alors tu esquisses un sourire, du moins tu essaies. Rapidement et surtout avant qu'il ne te pose des questions, tu changes de sujet, te relevant difficilement.

- Hum. C'est donc ici que tu caches tes trésors, chéri ?
Murmures-tu en te glissant entre lui et le coffre. Excitant. J'ai l'impression d'être ta Bonnie. Ton petit rire résonne dans la chambre, délicatement, tu le pousses sur le lit et tu le rejoins, t'asseyant sur ses genoux, tu attrapes le collier qui t'avais fait miroiter plutôt dans la soirée, t'observant dans un petit miroir en face.

- Clyde aimait Bonnie, Bonnie aimait Clyde. Digne d'un conte de fée.
Tu passes le collier à ton cou et regarde ton reflet, attentive. Ce couple fait tellement rêver, tu ne trouves pas ?
Toujours en te regardant, tu essayes un autre collier, prenant une mine blasée.

- J'ai trop de collier, mais ils me vont tous si bien ! Après reposé le bijoux sur tes cuisses, tu fouilles dans les trouvailles et attrape finalement une chevalière que tu glisses à l'annulaire d'Edward. Très chic, t'exclames-tu en scrutant sa main, tu vois, j'ai les meilleurs goûts de Gotham, cette bague te va parfaitement au teint chéri.
Tu lui offres un sourire doux et gracieux d'adolescente amoureuse, l'une de tes mèches de cheveux te glisse sur le visage, te couvrant l’œil droit.
- J'ai aimé dérober tous ces machins avec toi, vraiment. Je ne m'attendais pas à ce qu'il y en ai autant là dedans, surtout quand je t'ai laissé là bas. Ajoutes-tu en lui collant ton doigt sur le front. Excuse-moi, j'ai été un mauvais chaton. Mais tu as gagné un cœur de petit chat, ça valait le coup hm ? Tu ris encore tout en l'enlaçant. Tu restes blottis contre lui quelques minutes, fermant les yeux pour profiter de l'instant. Puis, te te détache légèrement de lui, te montrant presque timide.

- Je… Est-ce que je peux rester chez toi cette nuit ? Il fait froid dehors et je… erm… promis je pars dès l'aube, je ne veux pas t'encombrer.
Comment la belle Selina pouvait encombrer quelqu'un ? Mais elle était gênée, elle n'était pas du genre à demander des faveurs, mais elle ne savait pas vraiment ce que Edward pensait d'elle ou ce qu'il pouvait ressentir à son égard, bien qu'elle lui ai montré et dévoilé son attirance pour lui, elle ne voulait pas se faire de fausses idées. Les hommes savent aimer une heure, Selina en est incapable.

(Oui j'ai édité le texte mais c'est juste une bourde de ma part, je me suis mélangée dans les rp et celui de Harvey-chou s'est retrouvé ici ... wala D8)


fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« Edward Nygma »
Tell me how it feels to alway be one step behind, oh great « detective. »


Messages :
357
Localisation :
J'ai quatre murs, une paillasse et un fou à l'intérieur, je suis, je suis 8D ?
Emplois :
Pensionnaire à Arkham à temps partiel et Cambrioleur
Leit motive :
Pour le challenge

MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   Dim 8 Mar - 18:15

« Baby please don't go »
février, année une
Faire l’amour avec elle ? Tu lui réponds par un rire en serrant l’horloge contre toi, comme si la solution te semblant envisageable.
Une sonnerie de téléphone trouble le tic tac régulier de l’horloge… Tu glisses un regard à Selina, neutre. Tu ne laisses rien paraître, mais ton esprit s’accroche à son appel. La curiosité est un vilain défaut, Eddy, mais tu en as des tas, de vilain défaut.
Maggie, des gars… Il ne manquerait plus qu’on te coupe l’herbe sous le pieds. Tu sens un frémissement possessif t’animer, elle est ta proie, mais Pour l’instant, tu es sage… Tu ne feras rien à Selina, tant qu’elle reste dans ton ombre. Tant qu’elle est un chat docile, tu ne feras rien. Tu baisses les yeux, espérant te détacher de la conversation.

Elle est à toi. Uniquement à toi. Serait-ce par jalousie ou par gain que tu veux la garder pour toi ? Tu es prêt à la blesser pour t’assurer de la garder, tu es prêt à lui faire mal pour qu’elle reste à toi.
Tu te mordilles l’intérieur de la lèvre. Tu crains qu’elle ne te file entre les doigts, mais tu ne dis rien. Tu fermes ton esprit, tu t’empêches d’être jaloux, de craindre. Ca ne te ressemble pas, tu estimes que tu n’as pas le droit.

- Hum. C’est donc ici que tu caches tes trésors, chéri ?
Tu lui souris, avant de relever son menton d’un doigt, comme si tu apprenais à un chaton où se trouvait ses limites. Elle a l’impression d’être ta Bonnie.
- Tu penses que je suis du genre à partager ?

Elle t’écarte des merveilles qui dorment dans le coffre, attendant le moment où tu les exposeras au grand jour. Sur tes genoux, elle est sublime. Tout à l’air doux, alors que tu envisages déjà de la garder comme un oiseau en cage. Un conte de fées, oui… Tu aimerais l’écrire pour elle. En faire l’héroïne et la reine de ton histoire jusqu’à ce que tu te lasses. Pourtant, tu lui souris, comme amouraché. Tu enroules tes boucles autour de tes doigts, dans la pénombre de la pièce. Elle passe une chevalière autour de ton doigt… Ta pauvre mère aurait été fière, si vous n’aviez pas été entre cambrioleurs. Tu la soulèves à la lueur des lampadaires, pour mieux l’observer, tu regardes attentivement les filigranes et referme les doigts, la considérant comme acquise.
- Je ne me serais pas permis d’en douter.

Voilà qu’elle reparle de la soirée mouvementée. Maintenant que tu y réfléchis, tu n’en peux plus. Le stresse, les coups de pressions, elle, elle et encore elle. Tu as juste envie de dormir et te réveiller en constatant que l’horloge est tienne. Tu louches sur ses lèvres, la demoiselle toute serré contre toi. Elle s’excuse, tu lèves les yeux au ciel. Tu as gagné son coeur… Elle te surprend de nouveau en se serrant à toi.
- Je t’en veux terriblement et je ne pense pas que cambrioler avec moi pour le restant de tes neuf vies ne soit suffisant… ou huit. Ou peut-être même sept. Il t’en reste combien exactement ?
Tu scrutes sa nuque brune d’un air inquisiteur, tant qu’elle ne te voit pas. Oh non, elle n’était pas prête d’essuyer sa dette… mais elle n’était pas obligée de le savoir maintenant.

Son attitude change. Comme tu t’y attendais, elle te demande si elle peut rester. Tu te tournes vers elle en croisant une jambe et la scrutes, comme à la recherche d’une réponse, mais tu ne lui demanderas rien.
- Je ferais semblant de me ficher de la raison…

Tu t’accordes un sourire, sans la quitter des yeux, avant de te pencher vers la fenêtre.
- J’avais un chat, fut un temps… mais à force d’être transféré à Arkham… le mot t’écorche la bouche, tu grimaces en fixant l’extérieur.
Tu n’aimes pas te considérer comme fou. Tu n’as pas envie qu’elle te prenne comme un malade de plus alors que pour toi, tu n’as rien à voir avec eux. Tu n’es pas dingue… tu es différent des autres. Brillamment différent de tous les autres. Tu te mords le pouce avant de hausser les épaules.
- Et ce chat partait toujours à l’aube. Dès que le soleil se levait, comme pour me faire croire que j’en avais seulement rêvé.

Tu agites ton annulaire vers elle.
- Sauf que là, ce ne sera pas le cas non plus… Je t’en trouverai une plus belle encore, chaton.
Tu sais te rendre fragile, Edward. Tu sais comment avoir l’air tendre, mais tu es calculateur. Pourquoi tu n’admets pas qu’on puisse entrer dans ta vie, simplement ?
Tu veux dominer, tu voudras toujours dominer. Tu reposes ta joue sur ton avant bras et tapotes l’oreiller près de toi. Tu bats doucement des cils, avant de l’inviter à venir, d’un mouvement de tête las.
- Tu peux me faire confiance, Cat’…
Ta voix est douce et caressante. Tu as appris à être beau parleur. Tu avances ta main sur la sienne, soulève délicatement ses doigts.
- Dors… Et je mettrais un diamant à ton doigt.

_________________
Je m’émerveille de ce que j’ai trouvé, quelqu’un qui, par touches successives et à chaque fois réussies, sans défaillance, achève le tableau de mon fantasme ; je suis comme un joueur dont la chance ne se dément pas et lui fait mettre la main sur le petit morceau qui vient du premier coup compléter le puzzle de son désir.



#7e802d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fellowgothamites.conceptbb.com

« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: If you wear that velvet dress (selina)   

Revenir en haut Aller en bas
 

If you wear that velvet dress (selina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Friday wear ;-)
» Andy Warhol et le Velvet Underground
» Pantalon "Sharif Wear" NEUF !
» Friday wear ;-)
» Velvet Minuet (VM) // SBL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fellow Gothamites :: Gotham :: Midtown-